Modern technology gives us many things.

Sédhiou: En un an, 300 cas de grossesses récensés parmi les élèves

jeune fille en pleursA Sédhiou, les jeunes filles qui vont à l’école n’acquièrent pas seulement du savoir. Elles peuvent aussi gagner la maternité. 300 grossesses recensées parmi les filles élèves à Sédhiou. N’accusez pas trop vite les enseignants. Les pères sont souvent des garçons du même âge.

Cette année encore, la situation risque d’atteindre des proportions alarmantes. «300 cas de grossesse ont été enregistrés dans les écoles à Sédhiou», indique Yadicone Diatta, responsable genre à l’Inspection d’Académie.

Ces chiffres ne sont pas exhaustifs. La réalité est plus grave : «Mes collègues ont découvert d’autres cas de grossesse, non recensés dans les rapports officiels : certaines filles enceintes refusent de se signaler», précise Mme Diatta.

Les enseignants sont souvent accusés d’abuser de leurs élèves. Pourtant, les données révèlent qu’ils ne sont pas les seuls responsables du taux alarmant de grossesse chez les filles en milieu scolaire. Les enquêtes montrent non seulement une maternité précoce, mais une paternité tout aussi problématique. Le profil des présumés pères se recrute désormais dans une catégorie sociale beaucoup plus jeune. «La plupart des auteurs de grossesse ont le même âge que les filles», note Yadicone Diatta.

Pour illustrer cette tendance, elle donne un cas marquant : «Une élève de cinquième engrossée par un garçon de Cm2.»

Les commentaires sont fermés.