femmes pmeUne quinzaine de femmes de la région de Sédhiou viennent de bénéficier d’une formation portant sur le renforcement du leadership féminin .Pendant trois jours, Ces femmes issues de l’intérieur de la région et  de la commune de Sédhiou ont acquis des connaissances Indispensables à l’exercice d’une action politique  de qualité. En partenariat avec la Fondation New Field, le comité d’appui et de soutien aux activités de développement économiques et sociales de la Casamance (Casades), qui est le maitre d’œuvre de cet atelier, entend ainsi  contribuer à combler un gap En effet, « représentant plus de 52% de la population de la région, les femmes jouent un rôle important dans l’économie. Elles s’investissent dans des secteurs. Aussi variés que l’agriculture, le commerce, la transformation des produits agricoles et forestiers, l’artisanat et les travaux domestiques ». Seulement, « malgré leur forte prédominance dans l’économie régionale, 93% de la population active dans l’agriculture, soit plus du tiers des actifs en milieu rural, le rôle socioéconomique des femmes est loin d’être valorisé ». Elles sont donc «  presque exclues des instances décisionnelles  »où elles ne représentent que « 16% ».

 Dès lors,« Il faut corriger ce paradoxe », estime le Secrétaire exécutif du Casades qui juge qu’ « un plus grand poids des femmes dans le choix des stratégies de développement aurait été d’un précieux apport pour la communauté ».Toute fois Bassa Diawara , qui  est convaincu qu’on ne peut pas  créer une cité sans les femmes, est d’avis qu’un accent particulier doit être mis sur qualité d’où la tenue de cet atelier. Celui-ci  s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre d’un  Projet  d’Autonomisation de la Femme Rurale  pour une Participation à la Gouvernance dans la Région de Sédhiou  (PRAFERPG) .Cet ambitieux programme porte les empreintes du Casades partenaire des couches vulnérables  pour le respect de « l’équité, l’égalité, les droits humains. L’organisme s’investit également dans la résolution des conflits, la coopération transfrontalière, la sécurité alimentaire et la gestion des ressources naturelle ». M .Diawara de préciser que l’accès à la gouvernance et la participation des femmes à la gestion des affaires passent par leur autonomisation économiques. De la théorie à la pratique, les femmes, au cours de trois jours de formation sont sensibilisées sur des questions liées aux élections le leadership politique des femmes. Apres être imprégné de l’attente des participantes, l’animateur, Boubacar Diarisso, un juriste et consultant  politique originaire de Thiès, a introduit  son cours par une leçon sur le système électoral sénégalais, une manière de partager les démarches à entreprendre pour figurer sur une liste électorale.

casadesLa définition des forces et faiblesse d’un leader politique a débouché sur un jeu de rôle qui a permis de jauger l’engagement et le bon niveau des séminaristes. Celles-ci, à la fin des travaux, ont affiché leur entière satisfaction. « Avant cette formation, nous faisions de la politique sans aucune connaissance de ses tenants et de  ses aboutissants. Nous suivions  aveuglément les leaders et œuvrions pour leur réussite. Maintenant, rien ne sera plus comme avant», déclare Mariama Samaté. Quant à son collègue»  Mame Diarra Camara, ce séminaire vient à son heure : « Bientôt les  élections  locales  cette  formation  nous  permettra    d’élargir  la 

base  féminine, accroitre  le  personnel  politique  féminin  pour  que  ces  femmes  occupent  des  postes  de  responsabilité  parce  que  les  femmes  sont  plus  nombreuses  que  les  hommes  surtout dans un contexte de parité ».La coordinatrice régional de la  Coordination des Femmes pour la Paix et le Développement (COFEPAD) est formelle : «  il  faut  mettre  les  femmes qu’il  faut  à  la  place  qu’il  faut  et  que  ces  femmes  soient  choisies  par  les femmes  elles-mêmes  ou qu’elles  assistent  aux  choix »,martèle madame Danfa. Ne s’arrêtant pas au discours elle laisse entendre  « qu’après  cette  formation,  une  rencontre  est  prévue  avec 

le  conseil municipal  de  Sédhiou  et les  conseillers  ruraux  de  Diacounda  et  de  Bona. Nous allons   leur  présenter  le  bilan  de  nos  deux  années  d’activités  et  de  voir  comment  le  conseil  pourra  contribuer  pour  permettre  aux  femmes  d’améliorer  leur  condition » .

Ousmane DEMBA/Sédhiou.xibaaru.com

PARTAGER