Modern technology gives us many things.

Sécurité au Nigeria : le sommet à Paris affiche complet

Le “Sommet de Paris pour la sécurité au Nigeria”, annoncé par le président français, François Hollande, se tiendra bien le 17 mai à Paris. Les principaux chefs d’États africains concernés par la menace Boko Haram devraient être présents.
Annoncé le 11 mai par François Hollande depuis Bakou (Azerbaïdjan), initié par Goodluck Jonathan lui-même, le “Sommet de Paris pour la sécurité au Nigeria” se tiendra bien ce samedi 17 mai au palais de l’Élysée. Selon le service de presse de la présidence française, tous les chefs d’État invités devraient être présents, à savoir : le Nigérian Goodluck Jonathan, le Tchadien Idriss Déby Itno, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Béninois Thomas Boni Yayi et le Camerounais Paul Biya. Seront également de la partie des représentants de l’Union européenne, du Royaume-Uni et des États-Unis.
“Nous avons fait le choix de n’inviter que les principaux intéressés, c’est-à-dire le Nigeria et ses quatre voisins immédiats”, expliquait le week-end dernier un proche du président Hollande. L’idée de ce sommet est avant tout d’insuffler un rapprochement entre des voisins qui ont bien souvent du mal à s’entendre et d’aboutir à la mise en place d’une coordination militaro-politique dans le cadre de la lutte contre la secte islamiste Boko Haram. “Il ne s’agit pas de déverser du matériel militaire ou de faire des annonces fracassantes. Il s’agit de faire le lien politique et diplomatique entre les pays de la région. Nous voulons pousser le Nigeria à s’ouvrir aux pays de la région, mais aussi convaincre les pays limitrophes, notamment le Cameroun et le Tchad, qu’ils sont eux aussi concernés”, explique une source diplomatique.
Présence de Paul Biya, une bonne nouvelle
Ce sommet, dont l’organisation est pilotée depuis le ministère français de la Défense, sera de courte durée. Après un déjeuner d’une heure et demi, les chefs d’États et leurs équipes tiendront une réunion de travail de 2h30 à partir de 14 heures.
La présence annoncée de Paul Biya, qui n’avait pas fait le déplacement lors du dernier sommet France-Afrique pour la paix et la sécurité en décembre dernier, est considérée comme une bonne nouvelle par l’Élysée. Le Cameroun, qui a longtemps fermé les yeux sur la présence, sur son sol, d’éléments de Boko Haram, est, selon une source militaire, une partie de la solution.

 

 

Les commentaires sont fermés.