Modern technology gives us many things.

Schumacher dans un état critique

schumacherMichael Schumacher (photo), hospitalisé après une chute à skis souffre d’un « traumatisme crânien grave ». Il est toujours au CHU de Grenoble et un neurologue parisien a été dépêché à son chevet.
L’ancien pilote automobile Michael Schumacher hospitalisé dimanche au CHU de Grenoble après un accident de ski à Méribel « souffre d’un traumatisme crânien grave ». « Il souffrait d’un traumatisme crânien grave avec coma à son arrivée, qui a nécessité immédiatement une intervention neurochirurgicale », a expliqué le CHU, ajoutant qu' »il reste dans un état critique ».

Dans un premier temps, la direction de la station a indiqué que son « pronostic vital n’était pas engagé ». Mais selon des informations de RMC Sport, le pilote âgé de 44 ans souffrirait d’une hémorragie cérébrale. Le Dauphiné Libéré affirme que son pronostic vital est désormais engagé.

Les gendarmes du peloton de gendarmerie de haute-montagne de Courchevel, qui sont intervenus dimanche matin lors de l’accident du champion allemand de F1, ont indiqué que celui-ci souffrait d’un « traumatisme crânien sévère ».

Très choqué, mais conscient

L’accident s’est produit dimanche matin vers 11 heures, alors que Michael Schumacher pratiquait le ski hors piste. Il a chuté et sa tête a heurté un rocher. Les secours arrivent quelques minutes seulement, après la chute. Le pilote est alors très choqué, mais conscient. Il est emmené par hélicoptère à l’hôpital de Moutiers.

On se rend compte alors de la gravité de son état. Il est transféré au CHU de Grenoble, où il subit toute une série d’examen. Un neurologue parisien, le Professeur Gérard Saillant, qui dirige l’Institut du cerveau et de la moelle épinière arrive à son chevet dans l’après-midi.

Inquiets, des fans affluent à Grenoble. Parmi ses amis, l’ancien coureur automobile Olivier Panis, est venu s’enquérir de sa santé: « comme je suis d’ici, je suis passé le voir, mais encore une fois on ne peut pas le voir, donc on verra ça demain », explique-t-il.
« Possibilités d’aggravation »

Pour Jean-Luc Truelle, professeur de neurobiologie interrogé sur notre antenne, « ce qui est possible c’est qu’il y ait eu aggravation après les premières minutes. Effectivement les premières minutes sont un élément de pronostic ultérieur, mais il y a des possibilités d’aggravation, en particulier s’il y a un hématome ou un oedème cérébral qui peut se développer et qui peut entraîner une aggravation et plonger le sujet dans le coma, dans les minutes ou les heures qui suivent ».

Selon le neurologue, le fait que le champion ait été transforté de Moutiers à Grenoble donne une indication sur la gravité de la blessure dont souffre Michael Schumacher.

Les commentaires sont fermés.