Conférences prestigieuses, conseils cher payés… : les anciens élus devenus consultants ou avocats se sont reconvertis à prix d’or dans le monde des affaires.

ex pm franceLa politique ou le business ? Dans la tradition républicaine, il faut encore choisir. Et à l’évidence Nicolas Sarkozy hésite. Conférencier de luxe de New York à Las Vegas en passant par Londres et Montréal, il monnaie chacune de ses apparitions coachées par la prestigieuse agence Washington Speakers Bureau autour de 100.000 euros, mais s’efforce de ne rien entreprendre qui pourrait compromette son éventuel retour sur l’avant-scène politique.

D’autres n’ont pas ces préventions. La politique, pour eux, c’est fini. Et bien fini. La reconversion dans les affaires est un choix de carrière assumé. Dans une autre vie, ils ont été Premier ministre, garde des Sceaux, ministre des Affaires étrangères ou de l’Industrie. Aujourd’hui, Dominique de Villepin, Claude Guéant, Jeannette Bougrab, Pascal Clément, Dominique Perben ou Christian Pierret sont avocats dans de grands cabinets (August & Debouzy, Mayer Brown, Orrick Rambaud Martel) ou à leur compte. Dominique Strauss-Kahn, un précurseur – il avait créé sa première société de conseil en… 1993 –, Eric Besson et Hubert Védrine ont, eux, monté leur propre boîte de consulting.

Tous convoitent le même filon : le conseil, ce métier attrape-tout qui va de la banale mise en relation à l’analyse stratégique en passant par le lobbying classique. Mais que cachent ces contrats et ces interventions forcément discrètes ? De petits arrangements au sein de l’élite ? De simples renvois d’ascenseur ? Voire des trafics d’influence ?

PARTAGER