Modern technology gives us many things.

Risque d’un chaos politique en Guinée-Bissau

BISSAU — La Guinée-Bissau court le risque de tomber dans une situation politique désastreuse à l’issue imprévisible, si l’impasse politique actuelle n’est pas surmontée, a indiqué à Xinhua, Seco Cassama, commentateur politique dans une radio locale.

guinée bissau narco étatM. Cassama fait allusion au blocage persistant du dialogue politique engagé depuis plus d’une semaine entre forces vives de la nation et hiérarchie militaire en vue d’adopter une solution de sortie de crise avec l’adoption d’une nouvelle feuille de route.

Ce dialogue devait aboutir notamment à la formation d’un gouvernement inclusif chargé d’organiser des élections générales et la désignation du président de la commission électorale. Alors qu’un consensus avait été trouvé, tout a été remis en question lorsque le PAIGC, ancien parti au pouvoir a exigé le poste de Premier ministre ainsi que trois ministères. Les autres acteurs du dialogue, dont l’armée, ont rejeté cette proposition. Il appartient maintenant au président de la transition, Manuel Serifo Nhamadjo, de sortir le pays de l’impasse. Il a commencé depuis le blocage des discussions à consulter les acteurs politiques.

“Il doit être fort et courageux face aux différents intérêts en présence”, estime Seco Cassama qui souligne que l’incertitude qui menace la transition politique en Guinée-Bissau peut inciter la communauté internationale à abandonner son soutien au processus de retour à une vie constitutionnelle normale après le coup d’Etat militaire du 12 avril 2012.

Pour l’analyste politique, une telle éventualité serait lourde de conséquences. Elle conduirait au chaos la Guinée-Bissau, pays fortement dépendant de l’aide extérieure, qui aurait du mal à faire face à la demande sociale, comme c’est le cas dans le secteur de l’éducation qui observe actuellement un mouvement de grève de 30 jours.

Déjà, le pays est sous le coup de sanctions de la communauté internationale suite au coup d’Etat d’avril 2012 et plusieurs institutions financières ont suspendu leur aide en attendant une normalisation.

Le seul consensus obtenu lors des discussions au parlement, est l’organisation des élections générales en novembre 2013. Pour le reste, le PAIGC et le PRS, les deux plus grosses pointures politiques avec respectivement 67 et 28 députés au Parlement qui en compte 100, s’accusent mutuellement de vouloir tirer la couverture en leur faveur en visant les ministères les plus importants.

Cependant, quelle que soit la nature du gouvernement, sa composition devrait observer le poids de chaque parti à l’Assemblée nationale. Les observateurs politiques interrogés estiment que pour sortir de l’impasse, le président de transition, n’a que deux choix : nommer le plus rapidement possible un Premier ministre, en tenant compte du rapport des forces à l’Assemblée nationale ou nommer un Premier ministre à sa convenance, en se basant toujours sur les deux principales forces politiques, le PAIGC et le PRS.

Malgré tout, le président est placé dans une situation délicate parce qu’il est un des leaders du PAIGC qui réclame la démission du gouvernement de transition et la mise en place d’un gouvernement inclusif chargé d’organiser les élections. Or, c’est le PRS, deuxième force politique et vingt-six autres petites formations politiques qui l’avaient appuyé, après le coup d’Etat du 12 avril 2012, pour qu’il occupe ses fonctions actuelles. Plusieurs sources contactées soutiennent que l’armée défend également les mêmes positions que le PRS.

Les commentaires sont fermés.