Modern technology gives us many things.

Rien ne va plus entre le Maroc et l’Algérie : le Roi rappelle son ambassadeur à Alger

roi bouteflikhaLa température monte à nouveau entre le Maroc et l’Algérie au sujet du Sahara occidental. Mercredi 30 octobre, le royaume chérifien a annoncé qu’il avait rappelé son ambassadeur à Alger, à la suite des “actes de provocations et d’hostilité de l’Algérie”, faisant référence au discours du président Abdelaziz Bouteflika.

“Le Royaume du Maroc a décidé de rappeler, ce jour, en consultation l’ambassadeur de Sa Majesté le Roi à Alger”, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, diffusé mercredi 30 octobre via l’agence officielle MAP. “Durant la période de rappel en consultation de l’ambassadeur de Sa Majesté le Roi, les représentations diplomatiques et consulaires du Royaume en Algérie continueront à fonctionner sous l’autorité d’un chargé d’affaires”, précise la chancellerie.

Le Royaume chérifien dénonce ainsi  “la multiplication des actes de provocations et d’hostilités de l’Algérie” dans le dossier du Sahara occidental. Il vise en particulier un discours lu au nom d’Abdelaziz Bouteflika, lundi 28 octobre, par le ministre algérien des Affaires étrangères à Abuja. Celui-ci appelait notamment au respect des droits de l’homme au Sahara occidental, mais pour Rabat, son “contenu volontairement provocateur et [ses] termes foncièrement agressifs (…) reflètent clairement la posture de l’Algérie en tant que partie prenante à ce différend et dévoile sans équivoque sa véritable stratégie fondée sur l’instrumentalisation politique de la noble cause des droits de l’homme”. En revanche, l’ambassadeur algérien à Rabat n’a de son côté pas été rappelé par Alger.

Guerre des mots…

Cette décision marocaine intervient alors que les tensions se sont multipliées ces derniers jours autour du Sahara occidental. Mardi, le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, avait en effet dénoncé les propos “absolument inadmissibles et irresponsables” émanant du Maroc à l’encontre de l’Algérie.

À la suite de l’appel d’Abdelaziz Bouteflika au respect des droits de l’homme au Sahara occidental, l’agence officielle marocaine MAP et le parti de l’Istiqlal, ex-membre du gouvernement marocain, avaient en effet frontalement critiqué Alger, l’accusant de chercher à “servir ses desseins hégémoniques dans la région” et de “brouiller les cartes” pour “détourner l’attention des graves violations de ces droits qui se produisent quotidiennement sur (son) territoire”.

Les commentaires sont fermés.