Modern technology gives us many things.

Revue de presse : les remous au sein de la police alimentent les quotidiens sénégalais

revue de prresseLa presse sénégalaise de ce mardi est à fond sur le limogeage annoncé de Codé Mbengue, directeur de la police nationale, emporté selon elle, par le voyage en Mauritanie du coordonnateur du PDS Oumar Sarr, alors qu’il est interdit de sortie du territoire, et la recherche infructueuse de Bara Gaye depuis vendredi avant de déférer à sa convocation à la Division des investigations criminelles, hier lundi.


La Tribune parle de cafouillages au sein de la police nationale sénégalaise et titre : «Macky Sall met tout sur le dos de Codé Mbengue». Ce quotidien explique que la crise récente qui secoue la police ne serait qu’un prétexte du limogeage car, le désormais ex-directeur de la police aurait un vieux contentieux avec le chef de l’Etat, Macky Sall, alors nouvel opposant du président Abdoulaye Wade.

«Mbengue décodé», titre Le Quotidien, soulignant que cette mise à l’écart du premier policier du pays intervient après que le ministre de l’Intérieur, Pathé Seck, a brandi des sanctions contre certains responsables de la police, suite à l’escapade d’Oumar Sarr.

« Codé Mbengue n’est plus le directeur général de la police nationale. Il est remplacé par Ibrahima Diallo, ingénieur et directeur de l’automatisation du fichier», explique Le Quotidien.

Mettant ce limogeage dans le contexte des audits où le nouveau patron de la police est cité dans l’affaire de marchés fictifs, Le Quotidien se demande déjà: «Ibrahima Diallo, un commissaire en sursis ?».

Toute chose qui fait dire à EnQuête : «la candidature de Ibrahima Diallo mise en cause».

«Oumar Sarr emporte Codé Mbengue», écrit de son côté Sud Quotidien, à côté du Populaire qui informe qu’«après Codé Mbengue, d’autres képis vont tomber». «Je rends grâce à Dieu», dit M. Mbengue dans Le Populaire.

Parlant de sécurité nationale, Walfadjri indique que «les failles de la police mises à nu» avec ces «revers dans les affaires des cantakunes (disciples du marabout Cheikh Béthio Thioune actuellement en prison pour une affaire de complicité de meurtre), Oumar Sarr et Bara Gaye». «Codé Mbengue paie pour ses supérieurs», note à ce propos Walfadjri.

«Bara Gaye nouveau coloc’ de Karim ?», se demande Le Populaire, soulignant que le secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (UJTL) risque le mandat de dépôt pour offense au chef de l’Etat.

«Bara Gaye présenté au procureur aujourd’hui», dit L’Observateur, rappelant qu’il a passé la nuit au commissariat du port.

Les commentaires sont fermés.