Modern technology gives us many things.

Revue de presse : les quotidiens proposent un menu varié ce mercredi

revue de presse 1Les quotidiens sénégalais parus ce matin traitent de divers sujets allant de la politique à la gouvernance, en passant par les faits de société.


«Présidence de la République : Jacques Diouf claque la porte», titre L’As, revenant ainsi sur la démission de l’ancien Dg de la FAO et conseiller spécial du chef de l’Etat.

Selon nos confrères de ce journal, Jacques Diouf «ne veut plus se faire tourner les pouces dans l’espace présidentiel, malgré sa riche carrière». «D’autres départs annoncés», ajoute L’As.

«Jacques Diouf démissionne, la Présidence parle de congés», écrit L’Observateur à ce propos.

«Le président est dans des difficultés», reconnait Pape Maël Thiam, administrateur de l’APR (Alliance pour la République, au pouvoir), dans La Tribune.

Parlant de la traque des biens mal acquis, Walfadjri quotidien fait état de «grand bluff», estimant qu’au rythme où vont les choses, on s’achemine vers «l’arrêt du Caterpillar qui terrassait tout sur son passage». «Les actes posés plaident en tous cas, pour cela», commente Walf.

Pourtant, à en croire Le Populaire, l’enquête sur les biens mal acquis avance, du moins du côté de Wade-fils. «Karim, une nouvelle piste de 174 milliards ? Le système K : Poupées russes, prête-noms, actionnaires fictifs et ramifications dans les paradis fiscaux», poursuit Le Pop.

«L’ex-gourou de Karim gâté», dit Libération, à propos de Richard Attias, soulignant qu’après le marché de la communication du sommet de l’OCI en 2008, cet homme a gagné sans appel d’offres celui du sommet de la francophonie de novembre 2014 au Sénégal.

Le Quotidien lui s’intéresse au marché à l’agence sénégalaise d’électrification rurale (ASER) et écrit : «Après l’annulation de la procédure favorable à Lucky Exports, le marché repasse au laser. Le financement indien de 14 milliards toujours en cours».

L’Observateur barre sa Une avec ces propos de Cheikh Béthio Thioune, guide des Thiantacounes, affiliés au mouridisme : «Aucun Etat ne peut me contraindre à ne pas faire de Thiant (séances publiques d’hommage religieux).

 

Les commentaires sont fermés.