Modern technology gives us many things.

Revue de presse : les ennuis judiciaires de Tahibou Ndiaye toujours la Une au Sénégal

revue de presse 1L’affaireTahibou Ndiaye, ancien Dg du Cadastre sénégalais, arrêté mardi puis inculpé le lendemain par le Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) dans le cadre de la traque des biens mal acquis domine toujours l’actualité au Sénégal.


«Alioune Ndao (Procureur spécial près la CREI) se paie la tête de Tahibou Ndiaye», écrit le journal L’Observateur, soulignant que le mis en cause à qui on reproche une fortune de près de 8 milliards FCFA rejoint la prison de Rebeuss, après son inculpation hier.

«Tahibou dort au château de Rebeuss», note de son côté Le Populaire, faisant état d’une ambiance de deuil chez ses amis et proches qui étaient venus le soutenir le soutenir devant la CREI.

De son côté, Le Quotidien rappelle qu’il a été placé sous mandat de dépôt pour enrichissement illicite, en ironisant : «Tahibou aménage à Rebeuss».

Pour Sud Quotidien, M. Ndiaye est tout simplement «en médiation pénale», faisant ainsi référence à son refus de cautionner sa villa située au quartier des Almadies à Dakar.

A propos de ses deux filles adoptives et de son épouse, arrêtées également en même que lui, L’Obs informe qu’elles sont placées sous contrôle judiciaire.

Ce qui fait écrire à L’As : «Sa femme et ses filles interdites de visite. Le Procureur spécial voulait aussi les emprisonner».

Une autre affaire de la traque des biens mal acquis qui retient l’attention de Libération est celle de Ndèye Khady Guèye, ancienne Dg du fonds national de promotion économique (FNPE) qui obtient la liberté provisoire.

«L’ancienne directrice du FPE se dépouille pour être élargie. Elle renonce à ses actions à la Bnde d’une valeur de 1,5 milliard et cautionne deux immeubles d’une valeur de deux milliards», explique Libération.

Ce journal informe aussi que l’ancien ministre de l’Intérieur sous Wade, Me Ousmane Ngom, aussi mis en cause dans la traque des biens mal acquis, «bénéficie d’une troublante autorisation de sortie du territoire».

 

Les commentaires sont fermés.