Modern technology gives us many things.

Revue de presse : Le sucre et un scandale au ministère de l’Education animent la Une des quotidiens sénégalais

Les méventes de stock à la compagnie sucrière sénégalaise (CSS) et le scandale au ministère de l’Education nationale où un enseignant d’arabe recrutait des professeurs vacataires font la Une de la presse sénégalaise parue vendredi.


revue de prresse«46.000 tonnes produites et invendues : Le sucre est salé pour la CSS», titre Sud Quotidien, informant que l’Etat a annoncé le gel des importations de sucre pour freiner «l’inondation» du marché domestique et permettre à la CSS d’écouler ses stocks.

Le journal Le Quotidien explique que cette mévente à la CSS est le résultat des autorisations d’importer du sucre octroyées à des commerçants par l’Etat. «L’Etat sale le sucre de Mimran», titre Le Quotidien.

Ce journal note 28 milliards de manque à gagner pour la CSS qui menace de licencier certains de ses employés.

«Avec 80.000 tonnes importées sur le marché, les commerçants se sucrent sur le dos de la CSS», ajoute Walfadjri quotidien, soulignant que la société ne vendra plus rien avant le mois de juillet.

Ce journal casse les prix et souligne que «les stocks importés peuvent coûter 500 F CFA le kilo et que l’Etat est perdu dans les promesses de Macky Sall».

L’As poursuit ce débat, avec le conseiller du Directeur général de la CSS et titre : «Louis Lamotte déverse sa colère».

M. Lamotte poursuit : «La CSS a un genou à terre. Quand on parle de gouvernance sobre et vertueuse, j’ai envie de rire. Le Sénégal sera blacklisté dans le Doing business. Les options que ce gouvernement a en matière économique, on ne peut pas les lire».

Grand Place parle de l’horreur qui a secoué la CSS, avec «l’assistante du directeur des finances fusillée chez elle».

Rewmi consacre sa Une à cet arabisant au ministère de l’Education qui recrutait clandestinement des vacataires. «Il falsifiait la signature du ministre», titre Rewmi, expliquant qu’en fuite, ses victimes et ses deux femmes arrêtées par la DIC (Division des investigations criminelles).

«La DIC évente une affaire de faux ordres de service au ministère de l’éducation. Vingt personnes gardées à vue», renchérit Libération.

Le Populaire parle de cette décision prise hier en conseil des ministres concernant la rationalisation des fonctions électives et administratives.

«Vers une loi contre le cumul des mandats», note Le Pop, soulignant que le projet de loi en gestation va disqualifier les ambitions des ministres, des députés, DG et PCA qui se positionnent sur les locales.

EnQuête parle de la revente de la maison du Sénégal à New-York et explique que «18 milliards (sont partis) dans le vent» car les terrains sont bradés au vendeur originel.

Les commentaires sont fermés.