Modern technology gives us many things.

Revue de presse : Le rapport 2013 d’Amnesty international et le Conseil économique et social en vedette dans les quotidiens sénégalais

revue de prresseLa presse sénégalaise de ce vendredi met l’accent sur le rapport 2013 d’Amnesty international publié jeudi et dans lequel l’ONG humanitaire estime que Macky Sall marche sur les pas de son prédécesseur, Abdoulaye Wade, en matière de droits humains, mais aussi la plénière du même jour du conseil économique, social et environnement (CESE) pour l’adoption du règlement intérieur de l’institution consultative.


«Flagrants délits», titre Sud Quotidien citant Amnesty qui parle du Sénégal et des droits humains, de l’impunité et des libertés.

Ce quotidien souligne que le rapport 2013 de cette ONG fait état de la poursuite de l’impunité au Sénégal, tout en appelant à une réforme du code militaire dans le pays.

En ce qui concerne la Gambie, Sud Quotidien souligne qu’Amnesty demande la restitution des corps des deux Sénégalais qui y sont exécutés par le régime de Yaya Jammeh.

«Le Populaire poursuit et écrit à sa Une : «Macky suit les pas de Wade, selon Amnesty».

« Aucune rupture : Macky sur les pas de Wade», note l’ONG dans L’As. Dans ce journal, Amnesty met en corrélation «Macky Sall et les régimes tyranniques de Yaya Jammeh et de Deby».

«La lumière doit être faite sur l’agression de Cheikh Yérim Seck en prison. Le régime de Macky n’a suscité aucun espoir pour la fin de la crise en Casamance. La traque des biens mal acquis doit se faire dans le strict respect des droits des personnes mises en cause », résume Amnesty dans L’As.

«Décès en détention, tortures et assassinats : Amnesty accuse la police et la gendarmerie», écrit Rewmi quotidien.

«La gendarmerie plus meurtrière que la police», précise EnQuête, toutes choses qui font dire à La Tribune qu’Amnesty sort les morts sous Macky.

«Violation des droits humains, Amnesty n’amnistie pas Macky», note Le Quotidien.

Le même journal revient sur le vote jeudi du règlement intérieur du CESE, portant sur le contrôle budgétaire, les marchés publics, la déclaration de patrimoine… et indique que «le CESE rejette la transparence».

Sur le même sujet, EnQuête parle de «bunker des conseillers» et d’un «règlement intérieur inquiétant».

«Birahim Seck du Forum civil privé de parole», souligne Le Populaire, expliquant que le concerné voulait remettre sur le tapis trois amendements qui fâchent, à savoir la soumission du Conseil au Code des marchés publics, la transparence budgétaire et la déclaration de patrimoine de la présidente du CESE et des membres du bureau.

Les commentaires sont fermés.