Modern technology gives us many things.

Revue de presse : l’ancien Dg du Cadastre, Tahibou Ndiaye, justifie ses biens «mal acquis», selon les quotidiens

revue de presse 1Les quotidiens sénégalais parus mardi mettent en exergue la sortie de l’ancien Dg du Cadastre, Tahibou Ndiaye, qui justifie ses biens mis en cause par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) dans le cadre de la traque des biens mal acquis.


«Tahibou Ndiaye se justifie», titre L’Observateur. Dans ce journal, l’homme qui a refusé de cautionner sa villa aux Almadies explique : «En 12 ans, j’ai gagné 821,7 millions FCFA. Le compte BMCE appartient à la Zawia Cheikh Ahmed Tidiane du Maroc».

Plus loin, Tahibou Ndiaye note : «Un ministre de Macky Sall m’a donné mon site de 600m2. La Mercedes évaluée à 21 millions FCFA appartient au Directeur du bar-resto Patio».

«Tahibou Ndiaye rejette et menace», indique le quotidien EnQuête, dans lequel journal M. Ndiaye dit à qui veut l’entendre : «Je ne négocierai plus, je vais me battre».

Selon lui, «de hautes personnalités ont eu plus de terres» que lui. Ce qui fait écrire au quotidien L’As : «Tahibou Ndiaye promet d’entraîner de hautes personnalités dans sa chute».

Dans ce journal, le mis en cause informe que le président Macky Sall a obtenu un terrain sur le même site, le même jour et dans les mêmes conditions que lui.

«J’ai déjà préparé ma femme et mes filles adoptives à aller en prison d’un jour à l’autre», poursuit-il dans L’As, tout en promettant de poursuivre en justice le conservateur de Grand-Dakar, Dame Fall.

Le Populaire consacre sa Une à cette affaire qui s’est passée au quartier Point E de Dakar, en titrant : «Trois fillettes échappent à un trafic international d’enfants». Selon nos confrères du Pop, la police avait débarqué dans un hôtel de la place pour gripper la machine de Voguel, un vieux français.

«L’ancien marin français y logeait les trois mendiantes qui devaient être convoyées sur Dubaï ou Singapour. Un élève-officier de police et un officier civil de Grand-Dakar sont arrêtés pour complicité. Ils se chargeaient de confectionner les faux papiers avec la copie sénégalaise du Français. L’argent qui finançait l’opération venait de Singapour», détaille Le Populaire.

Les commentaires sont fermés.