Modern technology gives us many things.

Revue de presse : l’inculpation de Hissène Habré à la Une

La décision des avocats de Hissène Habré, inculpé pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre et de torture, de se mettre en retrait de la procédure enclenchée contre leur client est un des sujets abordés par les quotidiens parus jeudi.

‘’Les avocats de Habré toutes griffes dehors’’, affiche Walfadjri, soulignant que ‘’le collectif de la défense de Habré décide de boycotter le procès’’. Selon le journal, ‘’Me El Hadji Diouf et ses confrères ne plaideront pas devant les Chambres africaines extraordinaires. Motif : ce tribunal spécial a déjà signé l’arrêt de la condamnation de leur client, selon eux’’.

Titrant : ‘’La défense boycott et charge Mimi (Aminatou Touré, ministre de la Justice’’, Sud Quotidien écrit : ‘’Le pool des avocats de l’ancien président tchadien, Hissène Habré décide de boycotter tous les travaux des commissions des Chambres africaines extraordinaires et charge la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Aminata Touré, et le procureur général, prés lesdites chambres’’.

L’un des avocats de l’accusé, Me François Serres, cité par Sud affirme : ‘’C’est une décision du président Habré qui considère que la procédure menée par les Chambres africaines extraordinaires est inéquitable”.

”Elle a conduit à une arrestation absolument inégale. Un véritable kidnapping. La défense n’a pu s’exprimer, ni organiser ses arguments, avoir accès aux dossiers, afin de voir ce qui a été retenu contre lui’’, a dit l’avocat français.

Il a ajouté : ‘’C’’est une procédure sans avocats, donc policière. On ne peut plus participer à la procédure’’. ‘’Convaincus que leur client est déjà condamné, les avocats Habré vont boycotter le procès’’, relève Le Populaire, tandis que Direct Info évoque ‘’un procès sans avocats’’.

A rebours de la démarche de la défense, Le Quotidien souligne que ‘’l’affaire Habré (est) dans un haut Déby (comme Idriss Déby, le président tchadien’’ dont le pays a décidé de se constituer partie civile dans cette affaire.

Selon Le Quotidien, ‘’Ndjaména n’a pas trop attendu pour se signaler à l’attention des autorités sénégalaises. Dans le cadre de la procédure judiciaire enclenchée contre son ancien président, Ndjaména a saisi Dakar pour se constituer partie civile’’.

Et le journal d’ajouter : ‘’(Cette) décision pourrait installer dans la procédure le Premier ministre sénégalais du fait de son statut de banquier de Hissène Habré lors du transfert des fonds de ce dernier vers la CBAO puis l’ex BST que Abdoul Mbaye a eu à diriger’’.

Relevant également le retrait des avocats de Hissène Habré, Le Soleil met en exergue un financement de la Banque mondiale d’un montant de 33 milliards de francs CFA pour ‘’améliorer la qualité de l’enseignement’’.

Pour sa part L’Observateur s’intéresse au différend entre la société africaine de raffinage (SAR) et la Société nationale d’électricité (SENELEC) et titre : ‘’Vers un pays sans électricité’’. La SAR, écrit L’Observateur, réclame 50 milliards de francs à la SENELEC dont le directeur général déclare avoir signé mercredi un chèque de 11, 5 milliards de francs pour la SAR.

Les commentaires sont fermés.