Modern technology gives us many things.

Revue de presse: la nomination d’un nouveau DG de la police et la communication du gouvernement à la Une de la presse sénégalaise

revue de presse 1Les quotidiens sénégalais de ce mercredi mettent en exergue la nomination d’Abdoulaye Niang comme Directeur général de la police nationale, alors que c’est Ibrahima Diallo qui avait été annoncé, et les cafouillages dans la communication du gouvernement, notamment avec l’envoi de plusieurs communiqués du conseil des ministres de lundi dont la 6ème version a été la bonne.


«Le commissaire Ibrahima Diallo aussitôt nommé, aussitôt limogé. Abdoulaye Niang devient le patron de la police», écrit La Tribune.

Le quotidien EnQuête poursuit : «Abdoulaye Niang, nouveau DGP N : un as de l’anti-drogue pour la police».

Ce quotidien explique que le commissaire de police de classe exceptionnelle remplace Codé Mbengue dont il a été l’adjoint depuis le 11 octobre dernier. «Homme de l’ombre, poursuit EnQuête, Abdoulaye Niang n’aime pas les coups de projecteur. Il est plutôt du genre discret, mais reconnu par ses pairs».

«Ibrahima Diallo puis Abdoulaye Niang à la place de Codé Mbengue à la DGPN : cafouillage au sommet de l’Etat», commente Direct-Info, soulignant que le commissaire Mamadou Thiandoum est aussi limogé.

«Sur l’affaire Codé Mbengue-Ibrahima Diallo ou les ratés d’un limogeage –nomination», écrit Libération, plongeant «au-delà des apparences».

Ce journal décrit Ibrahima Diallo comme un «homme de Ousmane Ngom, mais aussi de…Niasse et Macky, génie en informatique, vu comme un intrus fait policier par Senghor et Collin».

«Le pouvoir glisse sur des peaux lisses», estime Le Quotidien, soulignant qu’Abdoulaye Niang, est un DGPN par défaut, mais que Pathé Seck s’est opposé à la nomination d’un civil à ce poste.

La Tribune s’intéresse aussi au cafouillage noté dans le communiqué du conseil des ministres de lundi et note : «6 communiqués pour une réunion du conseil des ministres».

«Hier, écrit ce quotidien, nous avons assisté à la diffusion d’une série du communiqué du conseil des ministres. Vers 16h14, ce sont d’abord les services du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance qui envoient un compte rendu, avant de le rectifier par un autre…».

«Communication étatique chaotique : le cafouillage après le conseil des ministres», écrit Le Populaire. Ce journal révèle qu’à l’origine de ce cafouillage, il y a le limogeage de Codé Mbengue.

En justice, L’Observateur informe de cette inculpation de Bara Gaye, secrétaire général de l’Union des jeunesses travaillistes libérales (UJTL, affiliée au PDS). «Il est poursuivi pour offense au chef de l’Etat, actes de nature à compromettre la sécurité publique», explique L’Obs.

Les commentaires sont fermés.