Modern technology gives us many things.

Revue de presse : la convocation avortée du PDG du groupe Walfadjri fait la Une des quotidiens

revue de presse 1Les quotidiens parus samedi s’intéressent essentiellement à la convocation avortée du président-directeur général du groupe de presse privé Walfadjri, Sidy Lamine Niasse, qui devait être entendu la veille par des enquêteurs de la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane, un face-à-face finalement annulée à la dernière minute.

“Sidy Lamine Niasse a été convoqué par la Section de recherches de la gendarmerie suite à une sortie acerbe contre le chef de l’Etat (Macky Sall) qui se serait enrichi illicitement comme d’autres pontes de la République”, explique le quotidien L’Observateur.

“Le président directeur général du groupe Walfadjri a dit qu’il voulait fournir les preuves de ses propos. Mais une annulation de la convocation a gâté +la fête+”, écrit le quotidien du groupe Futurs médias.

“Des informations obtenues par Walfadjri renseignent que la convocation de Sidy Lamine Niasse avait pour but de le convaincre à surseoir la diffusion de l’émission Sortie, prévue dimanche”, rapporte le quotidien du même nom. Selon Walfadjri quotidien, la diffusion de cette émission montre qu’elle ne relaie “aucun propos de nature à motiver des poursuites judiciaires”.

Cela n’empêche pourtant pas le quotidien L’As de titrer à sa Une “Sidy Lamine Niasse fait trembler la République”. “En fin de compte, rapporte ce journal, la montagne (de la convocation de Sidy Lamine Niasse) a accouché d’une souris et le face-à-face avec le commandant Cheikh Sarr, sur instruction du procureur de la République Serigne Bassirou Guèye, n’a même pas eu lieu”.

“Dans les prévisions du procureur Serigne Bassirou Guèye qui s’est autosaisi en instruisant la Section de recherches de la gendarmerie d’auditionner Sidy lamine Niasse, ce dernier devait être écroué pour outrage aux institutions”, renseigne le même journal.

“Mais dès qu’il a eu vent de cette nouvelle, précise L’As, le président Macky Sall qui a voulu banaliser les choses, a demandé qu’on le libère sur-le-champ. En lieu et place d’une incarcération, il préfère qu’une riposte politique soit apportée aux attaques de Sidy Lamine Niasse”.

“Du bruit pour rien”, finalement, estime Enquête, alors que Le Populaire, en ce qui le concerne, note que “le PDG du groupe Walf a réussi à secouer le pouvoir et à le faire cafouiller”. “Sa convocation devant les gendarmes annulée au dernier moment est symptomatique d’un manque de coordination ou d’une décision inopportune prise à la hâte et corrigée dans le feu de l’action”, écrit-il.

En conséquence, ”Sidy lamine canonné”, selon le quotidien Libération. “Le procureur de la République a fait reculer les gendarmes pour mieux sauter”, écrit ce journal qui croit savoir que “le pouvoir a compris qu’auditionner Sidy Lamine Niasse, c’est lui donner ce qu’il cherche : être une sorte de martyr”.

Le quotidien La Vérité se fait l’écho de la réaction de l’Alliance pour la République (APR). ”En s’attaquant à Macky Sall, vous insultez le peuple sénégalais”, écrit le secrétariat exécutif national de la formation au pouvoir.

 

Les commentaires sont fermés.