Modern technology gives us many things.

Revue de presse : Biens mal acquis et tensions dans le PDS parmi les sujets en exergue

 

revue de presse 1La presse sénégalaise parue ce jeudi remue la traque des biens mal acquis et rend compte des tensions au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) réuni hier en comité directeur.

«Traque des biens mal acquis : Le PS (Parti socialiste) pousse les magistrats», titre Sud Quotidien. Ce journal souligne que ceux qui tentent par tous les moyens de faire capoter l’opération de la traque des biens mal acquis doivent déchanter car le bureau politique du PS demande au Président Macky Sall d’aller jusqu’au bout de la traque des biens mal acquis.

«Le PS encourage ainsi les magistrats à assumer la plénitude de leurs responsabilités en écoutant leur conscience et disant le droit», poursuit Sud Quotidien.

La Tribune titre sur l’ancien ministre du «Ciel et de la Terre», Wade-fils, en prison depuis avril 2013 pour enrichissement illicite. «Devant la chambre d’accusation (ce jeudi), le bout du tunnel pour Karim ?», se demandent nos confrères de La Tribune.

De son côté, L’Observateur revient sur l’affaire Tahibou Ndiaye, ancien DG du Cadastre aussi mis en cause par la traque des biens mal acquis et informe qu’il est convoqué demain vendredi à la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI).

«La médiation pénale de l’ancien DG du cadastre a inclus des biens de l’Etat. Deux conservateurs rejettent la procédure», précise le journal L’Observateur.
Parlant de politique, le quotidien EnQuête informe qu’après les propos équivoques de son coordonnateur Oumar Sarr sur la position de son parti sur un gouvernement d’union nationale, «le PDS entre tensions et fractures».

Ce journal souligne que c’est Me Madické Niang qui a sauvé Oumar Sarr de l’humiliation et que le PDS a précisé qu’il n’est pas intéressé par un tel gouvernement.

«Comité directeur de tous les dangers du PDS, Me Madické Niang désamorce la bombe», décrit L’As, ajoutant que jamais un comité directeur n’a attiré autant de responsables libéraux.

Les commentaires sont fermés.