Modern technology gives us many things.

Le revenu universel ? Mark Zuckerberg trouve que c’est une bonne idée

Devant les étudiants d’Harvard jeudi, Mark Zuckerberg a fait part de son intérêt pour le revenu universel. Il rejoint une liste croissante de figures du monde de la tech qui souhaitent expérimenter ce dispositif pour résoudre certaines problématiques en cours ou à venir.

« Toutes les générations ont défendu leur définition de l’égalité. Il est désormais temps pour notre génération de définir un nouveau contrat social. » Invité à recevoir un diplôme d’honneur de l’université d’Harvard ce jeudi 25 mai, dix ans après avoir quitté la prestigieuse faculté américaine, Mark Zuckerberg a plaidé pour la mise en place d’un revenu universel dans son discours devant la promo 2017 des étudiants, suivant ainsi les pas d’autres pontes de la Silicon Valley comme Elon Musk.

« Nous devrions vivre dans une société qui mesure le progrès non pas grâce aux indicateurs économiques comme le PIB mais de la façon dont chacun trouve un rôle qui a du sens », a mis en avant le fondateur et patron de Facebook. « Nous devrions explorer des idées comme le revenu de base pour donner à chacun et chacune l’opportunité d’essayer de nouvelles choses », a-t-il encore plaidé, avant de raconter sa rencontre avec sa femme, une ancienne d’Harvard.

Le drame de Hamon : être en avance sur son temps ?

L’idée d’un revenu universel s’était imposée comme le thème central de la campagne de la primaire du Parti socialiste. C’est celle qui avait permis à Benoît Hamon de remporter un net succès sur Manuel Valls dans le scrutin. Ce concept, théorisé par Thomas More dès le XVIe siècle, répond à une idée simple : donner à chacun un revenu de base inconditionnel. Ses définitions et ses objectifs varient ensuite toutefois autant que les moyens envisagés pour y parvenir.

Benoît Hamon  proposait de mettre en place un versement automatisé de 600 euros par mois, soit une augmentation de 10% du RSA « pour tous les Français pauvres », quel que soit leur statut, salarié ou indépendant, dès le 1er janvier 2018. L’intervention à Harvard de Mark Zuckerberg a évidemment réjoui le candidat malheureux à la présidentielle, qui n’a pas manqué de la relayer sur Twitter :

 

Les commentaires sont fermés.