Modern technology gives us many things.

«Rétablir la peine de mort au Sénégal est une réaction démagogique» selon…

prison celluleLa Papouasie Nouvelle-Guinée a rétabli hier mercredi 29 mai, la peine capitale. Se Sénégal y songe. Anne Denis, d’Amnesty International, craint un retour en arrière, même si la tendance mondiale reste abolitionniste. Extraits de l’interview accordée à Libération.

Au Sénégal, la presse évoque une possible proposition de loi en faveur de la peine de mort portée par un député de la majorité présidentielle à Dakar…

 Le Sénégal a aboli la peine de mort en 2004. Je ne crois pas que l’annonce de ce député débouche vraiment sur une remise en cause de cette décision. Les autorités sénégalaises sont tout de même dans un processus abolitionniste depuis plusieurs années. Il me semble difficile de revenir sur ces acquis. Mais nous surveillons cela de près.

 Qu’est-ce qui explique le retour de tels discours en faveur de la peine de mort?

 C’est souvent le même scénario qui se joue : une montée de la criminalité, un sentiment d’insécurité et une révolte de la population qui débouchent sur une réponse purement politique de la part des autorités, pour calmer le jeu. C’est ce qui s’est passé en Papouasie Nouvelle-Guinée comme au Sénégal. Ce n’est pas un hasard si cette proposition arrive juste après une série de meurtres dans la banlieue de Dakar. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le rôle de la crise, qui engendre la pauvreté, la violence, le vol. C’est un cercle infernal. Les autorités, au lieu de chercher à résoudre les difficultés économiques, se rabattent sur la peine de mort: c’est une réaction purement démagogique. La religion est aussi un facteur important, notamment au Moyen-Orient. Mais il n’y a pas que dans les pays qui appliquent la charia que le poids du religieux se fait sentir. Au Sénégal, cette semaine, plusieurs imams se sont déclarés favorables à la proposition de loi.

(Libération 30/05/2013)

Les commentaires sont fermés.