alioune-sarr1Sous l’égide du Président de la Confédération Nationale des Entreprises du Sénégal, Mansour Kama, une rencontre a eu lieu, mardi au siège de la dite instance. C’était en présence du ministre du Commerce, Alioune Sarr. Occasion mise à profit pour sonner l’alerte avec la centaine d’entreprises ayant mis la clé sous le paillasson en ces périodes de déprime et de forte incertitude.

Mor Talla Kane, le directeur exécutif de la Cnes a dressé un tableau sombre en révélant la disparition du paysage sénégalais d’une multinationale, Colgate Palmolive, c’est dire qu’aucune entité n’est désormais à l’abri. Mieux, la commande publique a beaucoup baissé, laissant sur le carreau, bon nombre d’entreprises. En laissant le champ libre, il est évident que les sous traitants n’ont nullement la possibilité de plonger en raison de leur faiblesse et de leur marge financière. S’a ajoute aussi la contre façon venue de nulle part ailleurs. Moralité, la fine fleur du textile sénégalais, Sotiba, a disparu. Des mesures sont attendues avec la réforme du code des douanes.

Le ministre du Commerce, Alioune Sarr, a pour sa part évoqué le programme d’orientation stratégique mis en œuvre par le gouvernement pour relever les entreprises avec un focus sur l’industrie. Il serait aisé de ce point de vue, d’avoir un catalogue d’industries à forte valeur ajoutée. L’option d’aller vers plus de compétitivité a été réaffirmée ce qui suppose plus d’investissements donc plus d’épargne…

Mansour Kama, de son côté a insisté sur la nécessité de maîtriser les coûts énergétiques car étant plus cher au Sénégal que dans la sous région. La production industrielle requiert une sur consommation d’énergie, il serait nécessaire d’en avoir à coûts raisonnables et en quantité. Mansour Kama a également fait état de la nécessaire compétitivité des produits condition sine qua none d’une relance des exportations.  A charge d’insister sur la qualité des produits à l’export.

Il en est de même pour l’adéquation entre les offres d’emploi et les formations dispensées dans les établissements. L’accès aux crédits doit être favorisé pour les entreprises ayant exprimé des besoins de financements car déteignant forcément sur les investissements futurs.

A noter enfin que le Sénégal dispose d’un observatoire de la qualité avec le Cepod.

Sources : Dakarinfo

PARTAGER