claude et ghislaine

Génie de la presse française et international, te voilà parti brusquement et brutalement !

Héros de l’information, ta voix Rfi a été méchamment éteinte par des méchants.

Impossible de ne pas y croire, nous devons accepter cette douleur qui nous fait très mal.

Silence radio, à l’annonce de ta mort cruelle, insaisissable, inqualifiable et condamnable.

Laine-Ghislaine!!! Mais pourquoi toi ? Pourquoi toi et Claude ? Si amoureux du travail de journalisme ?

Amoureuse, aimée et aimante de l’Afrique, de l’information africaine que tu partageais aimablement.

Infatigable, imperturbable, tu es tombée sur le champ d’honneur du travail, de ton travail de Rfi au Mali.

Non, nous avons encore du mal à le croire. Ce n’est pas vrai, tu n’es pas morte, Gis…

Éveille-toi, s’il te plait! Réveille-toi! Rfi a mal, très mal, la France, le monde, les auditeurs ont mal!

Dieu, ô Dieu que c’est douloureux, que ce monde est parfois cruel, que les hommes sont si barbares!

Unique en ton genre journalistique, courageuse, bravant les risques en zones de conflits pour passer l’info à chaud!

Parce que tu aimais ce que tu faisais. Mais voilà que des rebelles ont eu tort sur toi qui a et aura toujours raison.

Œuvrant pour un bien public, investiguant professionnellement pour livrer la vérité, tes assassins t’ont arrachée à notre affection.

Nous, auditeurs d’Rfi ne t’oublierons jamais, jamais, jamais! Présente, tu le seras à jamais en nous, Gis.!

Tous pour toi, tous avec toi, tous contre tes assassins, tous, nous t’aimons : repose en paix!

 

Et

 

Claude Verlon, plein de taque, un professionnel amoureux du terrain, te voilà aussi parti brusquement et brutalement!

Loin de chez toi, loin des siens, mais vraiment loin de ce que nous ne pouvions imaginer et qui demeure, désormais une triste réalité à accepter.

Amoureux, aimé et aimant de l’Afrique, de l’information africaine que tu partageais aimablement.

Unique en ton genre de technicien de reportage, tu suscitais l’admiration par la qualité de ton géni.

Dieu, ô Dieu que tu vas nous manquer Claude! Auditeurs d’Rfi, la radio mondiale, affligés, nous te pleurons.

Eveille-toi, s’il te plait! Réveille-toi, Claude! Rfi a mal, très mal, la France, le monde, les auditeurs ont mal!

Verlon, tu étais un vrai reporter, un grand reporter qui aimait les défis.

Emérite journaliste et technicien avec une carrière qui séduit, qui éblouis.

Risquant sans sourcilier,  tu étais toujours volontaire pour partir dans les coins les plus chauds, notamment en Afrique que tu aimais passionnément et où tu fus assassiné, au Mali, avec Ghislaine Dupont.

Loin de ta terre natale, tu as été lâchement assassiné! Ce n’est pas normal! Nous sommes indignés et crions justice!

Oh que tu vas nous manquer ! Nous, auditeurs d’Rfi d’Afrique, du monde…

Nous, auditeurs d’Rfi ne t’oublierons jamais, jamais, jamais ! Présent, tu le seras à jamais en nous, Claude ! Repose en paix!

 

Vive les journalistes! A bas les détracteurs des journalistes!

 

Balthazar xibaaru.com

PARTAGER