Modern technology gives us many things.

REFLET. Cinq présidents de l’Afrique de l’Est vers une union monétaire : Yes you can !

pays afrique est« L’Afrique doit s’unir », disait Kwame Nkrumah. C’est un impératif pour sortir de la balkanisation et ses corolaires néfastes sur le Continent noir.

C’est toujours avec beaucoup d’émotions que je reçois l’annonce de la naissance de toute idée allant dans le sens de promouvoir le panafricanisme et l’Etat fédéral africain. La mobilisation de cinq pays d’Afrique de l’Est, que sont le Burundi, le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et le Rwanda,  pour se lancer vers une union monétaire m’enchante beaucoup. Et j’ose espérer et croire que cette belle initiative, qu’il faut maintenir, quel qu’en soit le prix, doit se poursuivre jusqu’à terme, mes chers présidents bienaimés, Pierre Nkurunziza, Uhuru Kenyatta, Yoweri Museveni, Jakaya Kikwete et Paul Kagamé.

A travers la signature, samedi dernier, d’un protocole instaurant une union monétaire au sein de  la Communauté d’Afrique de l’Est (Eac), vous détenez, entre vos mains, tout un symbole, un flambeau que tout Africain espère voir rayonner et se diffuser dans la consolidation de la faible et fragile unité du Continent noir ; cette Afrique à qui appartient le troisième millénaire et le 21ème siècle.

Ce protocole d’accord instaurant une union monétaire entre vous, préalable à la création d’une monnaie unique doit demeurer un trésor que vous devez conserver et fructifier à tout prix, contre vents et marrées de tout prédateurs et autres détracteurs de l’Afrique, notamment habiles dans leur mise en œuvre de la politique diabolique et machiavélique du « diviser pour mieux régner. »

Depuis plusieurs années, vous-vous êtes engagés dans la construction d’un marché unique, à l’instar du modèle de l’Union européenne (Ue), et qui rassemblerait quelque 135 millions de citoyens, mais qui peine encore à se concrétiser. S’il vous plait, ne lâchez pas votre prise de dynamisme. Les Africains comptent sur vous et sont sûrs que vous pouvez y arriver et vous allez y arriver. Yes, you can !

La tâche sera, certes, herculéenne, mais vous relèverez les défis en détruisant les obstacles. En effet, l’avènement d’une monnaie unique, à l’instar du modèle de l’Ue, s’accompagnera de critères macro-économiques à respecter, notamment en terme de contrôle de l’inflation, ainsi que de la mise en place d’une Banque centrale est-africaine. Et cela devrait cependant encore prendre plusieurs années. Mais une décennie vous suffit comme vous le souhaitez.

 « La signature du protocole d’accord d’union monétaire en Afrique de l’Est est la combinaison logique de tous nos efforts d’intégration », a-déclaré, samedi dernier, le président Kenyatta, tout nouveau président en exercice de la Eac, se disant confiant dans la capacité de cette union monétaire à donner un coup de fouet au commerce régional et aux investissements étrangers.  « Nous avons maintenant le cadre pour débloquer les promesses d’intégration. L’union monétaire va éliminer le coût lié à l’utilisation de plusieurs monnaies, réduire les coûts de transactions », a poursuivi le chef de l’Etat kényan.

Votre union, quel que soit sa petitesse de taille de cercle concentrique va, j’en suis convaincu, faire germer une grandeur nature d’une Afrique désormais sous la mouvance d’une nouvelle Théorie Paradigmatique de la Communication. Oui, Dieu a déjà tout prévu et planifié pour cette magnifique Afrique où des prédateurs et autres détracteurs ont désorienté et déconstruit ce que nos vaillants ancêtres panafricains ont construit ou voulu construire dans des perspectives qui devaient mener inévitablement vers des lendemains meilleurs, reluisants et rassurants pour les Africains.

J’ose espérer et croire qu’avec votre projet, o combien noble d’union monétaire, l’Afrique va enfin disposer d’un levier fort pour booter dehors les fauteurs de trouble du postulat économique ébranlé depuis fort longtemps, notamment depuis cette fameuse conférence de Berlin (1885) et son partage de l’Afrique dont les séquelles de balkanisation continuent de faire encore leurs effets en maintenant ce vaste continent avec des petits Etats morcelés, dans une dynamique taillable et manipulable à merci, sur tous les plan politique, économique, social et culturel. Ça suffit !

L’Afrique et les Africains sont capables de sortir la tête de ce gouffre et de reprendre leur place de leadership et de locomotive, qui leur a longtemps été dessaisie et désorienté, pour se repositionner et tirer le monde entier. La nature joue en notre faveur, mes chers bienaimés présidents de la Eac. Unis vous êtes forts et le seraient toujours pour réaliser vos rêves et projets communs. Mais si vous vous laissez embobiner par le syndrome de la division, alors là, vous serez faibles et maniables à merci par des prédateurs et autres détracteurs…

Une monnaie unique, et même une langue unique, sont, entre autres, des leviers qui, s’ils parviennent à fédérer l’intelligentsia africaine dans un consensus indestructible au tour d’eux, vont propulser l’Afrique el les Africains et les positionner dans le concert des nations dans un partenariat, notamment économique d’égale à égale et de gagnant-gagnant.

C’est en cherchant l’impossible que l’on atteint le possible. Et j’ose espérer et croire, une fois de plus, qu’enfin l’Afrique sera honorée par votre noble mission d’aller résolument vers cette unité monétaire… Cette Afrique à propos de laquelle Kwame Nkrumah disait : « L’Afrique, affirme-t-on souvent, est pauvre. Beaucoup reconnaissent néanmoins que ses richesses naturelles représentent des possibilités énormes d’enrichissement ; on sait déjà qu’elles comportent d’abondantes réserves minérales et d’énergie. La faiblesse économique des jeunes Etats africains leur vient de leur passé colonial, car leur développement a été subordonné aux besoins des Puissances colonisatrices. Retourner la situation et mettre l’Afrique au nombre des nations modernes à production intense implique un immense effort à fournir sans aide. On ne peut y arriver qu’avec un plan d’ensemble, dans le cadre d’une politique général déterminée par une autorité continentale. »*

A vous de jouer, à vous de gagner, bienaimés chers présidents. Ne nous déshonorez pas s’il vous plait ! Je compte sur vous ! Tous les Africains comptent vraiment sur vous !

 

*Kwame Nkrumah. L’Afrique doit s’unir, Paris, Présence africaine, 1994, p177.

Balthazar xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.