mangrovesAu total 12.000 hectares de mangrove ont été reboisés au Sénégal depuis le démarrage de cette opération en 2006, a révélé, vendredi, à Diakène Wolof (Oussouye), l’écologiste Haïdar El Ali.

L’actuel ministre de la Pêche et des Affaires maritimes a précisé que 200 jeunes de Tobor (10 km de Ziguinchor) ont pu planter 65.000 palétuviers durant la même année avec le soutien de l’ONG Océanium, dont il est le fondateur.

Il s’exprimait en marge d’une visite à Ziguinchor de Mor Ngom, son remplaçant au ministère sénégalais de l’Environnement et du Développement durable.

Le ministre délégué français chargé du Développement, Pascal Canfin, l’ambassadeur de la France au Sénégal, Jean-Félix Pagano, et le directeur de l’Agence française de développement ont aussi pris part à cette visite de travail.

A la suite de cette expérience, a-t-il dit, 15 autres villages ont planté 700.000 propagules de mangrove en 2007.

‘’En 2008, 323 villages ont planté 6 millions de propagules de mangrove. En 2009, on était à 428 villages qui ont planté 52 millions de propagules’’, a dit Haïdar El Ali.

Selon lui, l’objectif visé à travers le reboisement de la mangrove est de lutter contre la salinisation des sols et la restauration des sols.

Au total 5,520 millions de semences de palétuviers ont été collectées à ce jour, dans les différents sites, a révélé l’écologiste, en faisant savoir que la collecte sera poursuivie jusqu’au mois d’octobre prochain.

‘’C’est une production de semences qui est courte. Elle commence au mois de juin pour prendre fin vers mi-novembre’’, a-t-il indiqué, révélant qu’un sac de propagules de mangrove est rémunéré à 1500 francs CFA.

‘’Tant que la mangrove n’est pas là, les fleuves seront ensablés et la salinisation des sols va avancer’’, a averti Faye Badji, un enseignant à la retraite et habitant à Tobor. Il a trouvé que le reboisement de cette espèce sauvage était une expérience innovante.

‘’Planter un arbre, c’est sauver les hommes. La mangrove filtre le sel et l’arbre filtre l’air. Sans arbre, on étouffe et on respire le gaz carbonique’’, renchérit le notable.

PARTAGER