Modern technology gives us many things.

RADDHO, Amnesty et Forum civil dénoncent les ”tueries” dans les zones aurifères

Les antennes régionales de la RADDHO, du Forum civil et d’Amnesty International à Tambacounda ont dénoncé jeudi ce qu’elles appellent l”’escalade de la violence’’ ponctuée de ‘’tueries récurrentes’’ dans les zones aurifères de Tambacounda et Kédougou qui, selon elles, menace la paix et la sécurité dans toute la partie sud-est du pays.

mines d'or 1“Nous, la RADDHO, le Forum civil et Amnesty International dans leurs différentes antennes régionales de Tambacounda […] condamnons les tueries récurrentes dans les zones aurifères’’, a indiqué Alioune Badara Diallo, coordonnateur régional de la RADDHO, qui parlait au nom des trois organisations lors d’un point de presse au quartier Abattoirs.

Cette rencontre avec les journalistes s’est tenue dix jours après les affrontements du 13 mai entre des éléments de la gendarmerie sénégalaise et des orpailleurs de Diyabougou, causant un mort et trois blessés.

Situé dans le département de Bakel (région de Tambacounda), près de la limite avec la région de Kédougou et non loin de la frontière avec le Mali, le site de Diyabougou draine des ressortissants maliens, burkinabé, entre autres nationalités qui se joignent aux Sénégalais dans l’exploitation artisanale de l’or.

Les trois antennes ont évoqué ces heurts du 13 mai entre éléments de la gendarmerie et orpailleurs de Diyabougou et rappelé les “évènements tragiques’’ survenus entre Maliens et Burkinabé, les 4 et 5 mars, à l’issue desquels il y avait eu 9 morts.

A cela, s’ajoutent les “règlements de compte intra-communautaires de Kharakhéna (Kédougou) qui ont occasionné deux morts et deux blessés’’ chez les ressortissants maliens.

Les organisations disent dénoncer, “avec la dernière énergie, l’escalade de la violence qui menace la paix et la sécurité dans toute la partie sud-est du pays occupée par les régions de Tambacounda et Kédougou’’.

Pour les défenseurs des droits humains, “les autorités centrales n’ont pas suffisamment pris en compte les enjeux sociaux, économiques et culturels de l’activité d’orpaillage dans cette partie du Sénégal’’.

Ils déplorent en outre l’”absence physique’’ au lendemain des affrontements de Diyabougou des autorités centrales pour une “évaluation exacte et approfondie de la situation’’ par une visite des lieux et de ses résidents.

L’Etat est invité à “surveiller l’application effective et impartiale’’ de l’arrêté du gouverneur décidant de la fermeture depuis le mois d’avril des sites d’orpaillage de Diyabougou.

Alioune Badara Diallo a relevé que des informations reçues laissent entendre que les récents évènements “découlent d’une mauvaise application’’ de cette décision, qui fait que certains s’adonnent à l’orpaillage, alors que d’autres en sont interdits.

Il a souligné la nécessité d’une harmonisation des politiques et législations dans la sous-région, se posant la question de savoir si cet “arrêté pris par le gouverneur, un Sénégalais, est applicable aux Maliens’’.

La RADDHO, Amnesty et le Forum civil appellent l’Etat à travailler à cette harmonisation des législations et règlementations en matière de mines entre pays frontaliers pour l’adoption et la mise en œuvre d’un code minier accepté par tous les Etats de l’espace CEDEAO.

Des concertations avec la communauté des orpailleurs pour trouver les voies idoines d’une “réouverture très prochaine des chantiers’’, sont aussi préconisées, pour remédier au chômage de ces orpailleurs qui ont cessé toute autre activité pour s’engager dans l’exploitation de l’or.

Les commentaires sont fermés.