Modern technology gives us many things.

Qui est Georges Vandenbeusch, le prêtre enlevé au Cameroun ?

Georges Vandenbeuschxibaaru.com – Georges Vandenbeusch a été enlevé dans la nuit de mercredi à jeudi dans dans une zone à risque du nord du Cameroun. Un prêtre français qui, avant de s’envoler pour l’Afrique en 2011, avait passé “neuf ans de bonheur” à la paroisse de Sceaux.

Sept mois après la libération de la famille Moulin-Fournier, un nouveau Français est victime d’un rapt au Cameroun. Le groupe islamiste nigérian Boko Haram -le Quai d’Orsay n’a pas confirmé- est soupçonné d’avoir enlevé ce jeudi Georges Vandenbeusch, un prêtre français installé dans la région depuis deux ans. Metronews dresse le portrait de cet homme de 42 ans, curé pendant 9 ans de la paroisse St-Jean-Baptiste de Sceaux dans les Hauts-de-Seine (92).

“C’est un métier magnifique, prêtre, pourquoi ne parle-t-on que de ses difficultés ? On va dans les familles, on voit naître, grandir, on accompagne jusqu’à la mort, on est dans la vie des gens, même si le registre de parole avec le curé n’est pas le même qu’avec parents et amis”, assurait en 2011 Georges Vandenbeusch au Monde. Quelques semaines avant son départ, le quotidien avait rencontré un homme de foi qui faisait le bilan de ses “neuf années de bonheur” à Sceaux.

“Ça ne rapporte plus rien de se montrer à l’église”

Une ville qui ne connaît pas la crise du catholicisme, si l’on en croit le récit du curé : “Les catholiques, à Sceaux, sont une minorité assez importante. A la messe de Noël, ou plutôt aux quatre messes de Noël, on retire presque tous les bancs, les gens sont debout.” Catéchisme, vie associative, rénovation de l’église qui “fête ses 800 ans”… Georges Vandenbeusch ne tarit pas d’éloge sur ses années dans les Hauts-de-Seine. Sans pour autant oublier de porter un regard lucide sur sa religion : “on ne vient plus par convention, ça ne rapporte plus rien de se montrer à l’église, c’est même stigmatisant dans certains milieux.”

Quelques semaines plus tard, le prêtre s’envolait pour l’extrême-nord du Cameroun. Au sein de la paroisse de Nguetchewe, près de Koza, le père Georges Vandenbeusch vivait sa foi. Malgré les risques : la zone “était formellement déconseillée du fait du risque terroriste et du risque d’enlèvement, a précisé le Quai d’Orsay ce jeudi. En connaissance de cause, le père Georges avait fait le choix de demeurer dans sa paroisse pour l’exercice de sa mission”.

Les commentaires sont fermés.