mine bostwanaQuand on se demande quelles sont les propriétés les plus chères au monde, on pense souvent à un immeuble situé sur la 5è avenue à New York ou sur les Champs-Elysées, une villa à Saint-Tropez, voire sur New Bond Street à Londres. Mais les Villa Léopolda, tour One57 et autres Versailles des temps modernes ne rivalisent même pas avec cet endroit à première vue anodin, et bien moins accueillant : un terrain au Botswana, détenu par le groupe Debswana, conglomérat minier détenu conjointement par le gouvernement du Botswana et le diamantaire De Beers. Celui-ci a estimé pour la chaîne américaine ABC News que la propriété la plus chère n’était autre que sa mine de diamants, Jwaneng, l’une des cinq plus importantes de la planète.

Un bien non estimable

« Chaque carat que nous extrayons rapporte énormément », a indiqué à la chaîne ABC Esther Kanaimba-Senai, responsable chez Debswana. Autant dire que la valeur du site, qui en produit approximativement 10 millions par an, est si importante qu’il est impossible de lui attribuer un montant.

La mine descend jusqu’à 350 mètres sous terre, et va encore aller plus loin : le groupe est en effet en train de réaliser une opération sobrement baptisée « Cut 8 », au seul coût de 3,4 milliards de dollars, qui agrandira le rendement du site, selon ABC News.

Mais Debswana ne compte pas s’arrêter là. « Cut 9 » pourrait bientôt voir le jour, et porter la profondeur de la mine à plus de 850 mètres, après qu’un milliard de tonnes de roches auront préalablement été déplacées. Un moyen d’accroître la valeur de l’inestimable. En tout cas « de quoi propulser l’économie de ce pays », conclut Esther Kanaimba-Senai.

PARTAGER