Modern technology gives us many things.

Quand Wade parle de son père…tirailleur

wade bonne mine 1En novembre 2008, Abdoulaye Wade, alors président du Sénégal depuis mars 2000, instaurait la Journée du tirailleur. Et lors d’une manifestation, il a longuement parlé de son père, Momar Wade, qui était un tirailleur de la grande guerre : « Mon père et mon oncle sont tous les deux nés à Saint-Louis au Sénégal. En 1915, il y a eu une loi qui a permis aux citoyens des quatre communes (Dakar, Gorée, Rufisque et Saint-Louis) de devenir français. Mais c’est une loi ultérieure, datant de 1917, qui en a fait des Français. Je suis dans ce cas-là : natif de Saint-Louis et donc, de ce fait, automatiquement français. L’avantage, c’est que nous étions ce que l’on appelait des « originaires ». Dans l’armée, nous partagions le même régime que les Français : les mêmes vêtements, le même casque.

Lorsque la première guerre mondiale a éclaté, la France a d’abord appelé ses citoyens. Tous ceux qui avaient la nationalité française devaient se présenter et faire leur service. Mon père et son frère, natifs de Saint-Louis, étaient concernés. Les Français ont regroupé tous les appelés à Thiès. C’est là qu’on formait les régiments qui partaient ensuite par mer pour la France. Mon père et mon oncle sont partis dans deux bateaux différents et à des dates différentes. Quand mon père est arrivé à Marseille, on l’a dirigé vers le front pour participer à la bataille de la Somme. Après, il a fait Verdun. Mon oncle lui a débarqué à Bordeaux, avant d’être envoyé directement en Afrique du Nord. Tous les deux ont fait la guerre, mais l’un s’est battu et l’autre pas. Mon père, blessé en 1917, est venu à Dakar en congé. Il a été soigné à l’hôpital principal de Dakar, on y trouve d’ailleurs encore son bulletin de santé. Après la guerre, mon oncle s’est vu remettre la Croix de guerre ainsi que d’autres médailles, il percevait également une pension.

Mon père fréquentait le foyer des anciens combattants à Dakar, mais il était vexé parce que lui n’avait pas eu de médaille. Même les avantages qu’on offrait aux anciens combattants, il n’y avait pas droit. Cela le révoltait. Un jour, il est venu me voir, j’étais devenu avocat, pour me demander de résoudre son problème. Je lui ai dit : « Papa, il n’y a pas de problème. La pension que vous recevez de la France, c’est trois fois zéro. Si tu veux, tous les mois, je te donne dix fois ça et on n’en parle plus, plutôt que de se lancer dans des procédures. » Il est parti. Puis, un jour, il est revenu et m’a dit : « Je sais que tu as la capacité de résoudre mon problème, mais tu ne veux pas le faire. Je te préviens. Si tu ne le résous pas avant ma mort, je demanderai à Dieu que l’on ne se revoie pas dans l’au-delà. » Je ne sais pas si vous voyez ce que cela provoque dans la conscience d’un musulman ? J’étais tellement secoué que j’ai confié mon cabinet d’avocats pour aller m’installer à Versailles en jurant :  » Je ne bougerai pas d’ici avant d’avoir réglé ce problème !  » C’était au début des années 1980. J’ai donc commencé et j’ai fini par tomber sur un jeune colonel qui m’a aidé.

Mais j’ai bénéficié d’une chance extraordinaire du fait de mon passage dans l’armée française. A l’époque, j’avais été affecté dans l’intendance, où je transcrivais des fiches. Je me suis dit que la confusion venait peut-être de là. Cette hypothèse s’est confirmée, parce que chez nous, on a l’habitude d’ajouter le nom du grand-père ou de la grand-mère au nom des enfants. Mon père s’appelait Momar Wade, mon oncle, Magatte Wade et mon grand-père, Massamba Wade. Ils s’appelaient donc Momar Massamba Wade et Magatte Massamba Wade. Je me suis donc dit : « Celui qui tenait les fiches était un Français qui n’avait pas connaissance de cela. Il s’est dit qu’il s’agissait d’une seule et même personne et il a tout fusionné. » C’est exactement ce qui s’était passé. Charles Hernu, à l’époque ministre de la défense, lui a écrit une lettre : « Après des recherches fructueuses, nous avons pu attester que vous êtes un ancien combattant, que vous vous êtes battu dans la Somme, à Verdun », etc. Il lui a remis la Croix de guerre, la Légion d’honneur… Mon père était fier de ses médailles. Il les portait tous les jours sur son boubou ».

 

Les commentaires sont fermés.