Didier Deschamps avait décidé de titulariser Sakho, Varane, Cabaye, Benzema et Valbuena, mardi. Bien lui en a pris. Ils ont transformé les Bleus. Notamment le défenseur de Liverpool, auteur de deux buts. Les notes.

sakho 1 

Hugo Lloris

Note défensive : 6

Il ne s’attendait pas à être bombardé. Il ne l’a pas été. Pas toujours inspiré dans les airs, il a néanmoins fait le job, même s’il doit une fière chandelle à Debuchy, qui lui a sauvé la mise juste avant la mi-temps. En seconde période, il s’est bien couché sur un ballon chaud (70e).         

Bilan : Lloris n’a pas pris de but. On ne lui demandait rien de plus.

Mathieu Debuchy

Note défensive : 7 – Note offensive : 7

Positionné très haut d’entrée, le latéral droit de Newcastle a évolué la plupart du temps dans un rôle de milieu droit que l’opération remontée lui imposait, ainsi qu’aux Bleus. Du coup, il y a parfois laissé de la place dans son dos mais l’ancien Lillois a fait de son mieux pour boucher les trous. Il a sorti un ballon extrêmement chaud, sur la ligne, juste avant la pause. Remplacé par Bacary SAGNA (78e).

Bilan : Un numéro de funambulisme. Parfaitement accompli.

Raphaël Varane

Note défensive : 8 – Note offensive : 7

Apte à aller au combat, quatre jours après avoir été forcé de regarder la première manche des tribunes, Raphaël Varane a amené sur la pelouse du Stade de France ce qu’on attendait de lui. A savoir : sérénité et technique. S’il a gagné les siens, le Madrilène a laissé l’essentiel des duels à son compère de l’axe et a constamment eu le souci de la relance juste et, parfois, d’apporter le surnombre. L’avenir des Bleus passe par lui. Il ne peut en être autrement.

Bilan : Pourvu que son genou le laisse tranquille…

Mamadou Sakho

Note défensive : 9 – Note offensive : 10                

Dimanche, Sakho avait fait comprendre qu’il avait la rage. Il l’avait répété, mâchoire serrée. Mardi, il en a donné la preuve sur le terrain. Et de quelle manière ! Préféré à Eric Abidal, Mamadou Sakho a tout de suite fait parler sa puissance, dans les duels aériens notamment. Le joueur de Liverpool n’y est jamais allé avec le dos de la cuillère. Et a tout donné. Son but, le premier de sa carrière en équipe de France, ne fut qu’une juste récompense. Le troisième but des Bleus est aussi pour lui (72e). A son crédit également, un gros sauvetage avant la pause (45e). A été averti, sans conséquence (44e).

Bilan : Heureusement qu’il est parti à Liverpool. Sinon, ce soir, c’est de son canapé qu’il aurait regardé le match.

Patrice Evra

Note défensive : 7 – Note offensive : 8

Patrice Evra avait les crocs, mardi soir. Il y avait longtemps qu’on ne l’avait pas vu comme ça avec l’équipe de France. A part un trou d’air en première période, le joueur de Manchester United a été de tous les combats. Positionné très haut comme Debuchy, il a fait de son mieux et, dans la limite de ses possibilités, aidé Ribéry. Evra y a mis du cœur.

Bilan : C’est cet Evra qu’on a envie de (re)voir. Roland Tournevis et Michel Fernandel ne diront pas le contraire.

Yohan Cabaye

Note défensive : 8 – Note offensive : 7

Remis en selle grâce au retour en grâce du 4-3-3, Yohan Cabaye avait la lourde de tâche de sécuriser le milieu de terrain et d’offrir un peu de liberté à Matuidi, à sa gauche, et surtout Pogba, à sa droite. L’ancien Lillois a stabilisé l’édifice et réussi sa mission. S’il a tout de même trouvé le moyen de donner du boulot à Pyatov, on l’a un tout petit peu moins vu sur les phases offensives qu’à l’accoutumée mais son travail de harcèlement et à la récupération, essentiel, ont été l’une des clés du match. Magnifique.

Bilan : Laurent Blanc l’adorait. Désormais, Didier Deschamps aussi.

Paul Pogba

Note défensive : 7 – Note offensive : 7

Libérer Pogba. Tel était le but du 4-3-3 mis en place par Didier Deschamps. Le pari tenté par le sélectionneur français a fonctionné.  Concerné par le replacement et le harcèlement, le joueur de la Juventus Turin s’est avant tout fait remarquer dans ses phases offensives. Jeu court, jeu long : Pogba sait tout faire et bien. Il aurait même pu ouvrir le score en se montrant plus précis sur un coup de tête (8e) et une mine de vingt bons mètres (25e).

Bilan : Pogba libéré, la France aussi !

Blaise Matuidi

Note défensive : 8 – Note offensive : 6

Comme ses petits copains, il dormira bien ce soir. Le Parisien s’est dépensé sans compter. A la récupération mais aussi pour apporter le surnombre offensif. On l’a vu réaliser quelques chevauchées sabre au clair et, sur l’une d’entre elles, il aurait pu trouver la faille et une juste récompense (52e). Blaise Matuidi était mieux dans ce dispositif à trois milieux – celui du PSG – que vendredi, associé au seul Pogba.

Bilan : Matuidi, what else ?

Mathieu Valbuena

Note défensive : 6 – Note offensive : 8

Didier Deschamps lui avait préféré Samir Nasri au match aller. Compte tenu de la soirée qu’il vient de passer, pas sûr qu’il le regrette. Mais on ne lui refera pas… Titularisé à droite de l’attaque, Mathieu Valbuena a allumé la première mèche d’une frappe du droit qui a donné le ton de  la soirée (3e). Préposé aux des coups de pied arrêtés qu’il a magnifiquement distillés durant 90 minutes, le Marseillais a offert le deuxième but des Bleus à Benzema, d’une remise de la poitrine (32e). Ses coups de patte, ses remises et sa disponibilité de tous les instants ont été précieux aux Bleus.  

Bilan : Samir Nasri a du mouron à se faire.

Franck Ribéry

Note défensive : 6 – Note offensive : 9

Le premier centre dangereux du match est venu de lui. Il fut aussi à l’origine du premier carton du match, adressé à Rotan qui avait décidé d’arrêter le Bavarois par tous les moyens possibles et illégaux (8e). Ribéry a également permis aux Bleus d’ouvrir le score, sur une frappe tendue que Pyatos n’a fait que repousser. C’est un autre Ribéry qui a évolué au Stade de France et qui a mis au supplice les défenseurs ukrainiens, notamment Khacheridi, expulsé pour une semelle monumentale sur le Français (47e). Il ne lui a manqué que la réussite à la finition.

Bilan : Du Ribéry dans le texte. Les Ukrainiens auraient pu s’y mettre à quatre ou cinq, cela n’aurait rien changé.

Karim Benzema

Note défensive : 6 – Note offensive : 7

Attendu au tournant, Karim Benzema n’a pas déçu. Le Madrilène, préféré à Olivier Giroud, s’est appliqué à rester en pointe et a évité de dézoner constamment, comme à son habitude. Il aurait pu rapidement trouver la faille s’il avait cadré un premier coup de tête (10e). Il l’a trouvée plus tard. Une première fois (29e). Son but a été injustement refusé pour hors-jeu. Une deuxième fois. Il était en position illicite. Mais l’arbitre n’a rien dit (32e). Il aurait définitivement pu devenir le héros de cette soirée pas comme les autres s’il avait transformé en but une passe en or de Ribéry (58e). Remplacé par Olivier GIROUD (82e).

Bilan : Un match de 9. Un vrai. Enfin.

PARTAGER