qatar travailleursLes accusations de travail forcé, voire d’esclavagisme sur des chantiers au Qatar, ont encore un peu plus miné le futur Mondial 2022 de football dans l’émirat, et ce, après les soupçons de corruption lors de son attribution et le casse-tête posé par le climat dans la région. Au rythme actuel des décès sur les chantiers au Qatar, au moins 4000 ouvriers pourraient mourir dans l’Emirat avant même le coup d’envoi de la Coupe

du monde 2022, peut-on lire sur les colonnes du journal britannique Guardian. Entre début juin et début août, 44 ouvriers népalais seraient morts sur des chantiers au Qatar. A coups de témoignages, le quotidien a dénoncé l’«exploitation et les abus s’apparentant à de l’esclavage moderne» dont seraient victimes ces travailleurs migrants qui s’entassent à 12 dans des chambres d’hôtel insalubres et attendent depuis des mois qu’on les paie, de plus privés de leurs passeports pour les empêcher de fuir.

Les Afriques

PARTAGER