kadabaPlus d’une centaine de jeunes   de l’arrondissement  de Bogal ont exprimé leur  engagement  et leur ferme volonté de se lancer dans la culture du ricin une plante sauvage qui pousse  autour des lacs .En plus de ses vertus médicinaux avérés le ricin  cultivé par les colons lors de la deuxième guerre mondiale pour participer à l’effort de guerre  demeure une plante peu exigeante. Ventant ses vertus  le dg de l’Ajeb  précise que « La plante qui arrive à maturité en 60 jours  est transformée en carburant et en textile grâce à une technologie de pointe des chinois partenaires privilégiés de l’Etat du Sénégal .En effet, « l’Ajeb a signé un protocole  de partenariat avec la société  chinoise Jiaxing castor seeds.co» ,renseigne Pape Gorgui Ndong qui rappelle que « le protocole vise la création d’emplois vert   et décent par l’exploitation des terres abandonnées ou considérées comme inapte par les producteurs agricoles ».

  pape gorgui ndongIl s’agira d’exploiter le ricin au Sénégal et de le vendre au chinois en créant de l’emploi pour mieux sécuriser les populations des zones défavorisées. Ainsi des jeunes organisés en groupement villageois et encadrés par des assistants opérationnels  sont orientés par  le Ministère de la jeunesse qui, à travers son agence pour l’Emploi des Jeunes des Banlieues (Ajeb) entend promouvoir une vision globale du Président Macky Sall en matière de développement. Venu à Bogal, ce weekend, pour une visite guidée des plantations, le Directeur générale de l’Ajeb est largement revenu sur les grandes axes de la mise en œuvre de ce projet qui se fixe un objectif global de dix-sept mille emplois dont cinq mille à Sédhiou, pour des régions périphériques de Fatick et de Kolda .En attendant le lancement officiel national du projet  l’Ajeb prend les devants à travers cette visite de prospection du terrain. L’objectif est de jauger l’engagement des acteurs ciblés et de faire plus de lumière sur cette nouvelle agence de l’Etat Née sur les cendres de l’office pour l’Emploi des jeunes de la Banlieue (Ofejban) et qui donne une vision nationale et  plus large de la banlieue qui ne se limite pas seulement aux quartiers périphériques de la capitale. Pour octroyer plus d’efficacité à son  intervention dans cette zone le Sous-préfet de Bogal qui  salué la présence de   l’Ajeb  à Bogal pour cette phase expérimentale qui se déroule en 3 sites  de 20 hectares chacun a fait des suggestions allant dans la bonne   la mise en œuvre du projet. « Il faut organiser  d’abord les jeunes avant de les financer car l’encadrement est un préalable », souligne Abbas Ndiaye, nouvellement installé à la tête de la sous-préfecture de Bogal.

Quant aux jeunes ils se disent prêts à relever le défi. « Nous allons saisir cette opportunité pour valoriser toute notre potentialité en matière d’agriculture », souligne Mahamadou Bâ originaire du village de Saré Samba waly Bâ, un hameau du village maraboutique de Bogal.

Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com 

PARTAGER