Modern technology gives us many things.

Procès Khaf : El Hadj Diouf fait son show…Le juge le recadre

Le procès de Khalifa Sall s’est ouvert ce matin au Tribunal de Dakar. La constitution de la mairie de Dakar a été le premier point autour duquel les débats ont tourné  ce matin.

Me El Hadj Diouf qui a été commis par la Ville de Dakar avec  Me Ibrahima Diaw, Me Jean Sylva, Me Ousseynou Gaye, a fait son show. Il a voulu forcer les choses  en attaquant  l’agent judiciaire de l’Etat qui conteste la présence de la ville de Dakar.  Mais, c’était sans compter avec la détermination du magistrat Malick Lamotte qui a recadré le débat en le rappelant à l’ordre.

Le calme revenu, l’agent judiciaire de l’Etat, Me Antoine Diome a  cité les dispositions de l’article 243 pour dire : «  Nous nous opposons.  La ville de Dakar ne peut pas se constituer pour le moment, il y a un problème de conflit d’intérêt et de déontologie. La présence de Me El Hadj Diouf dans cette affaire est contestée ».

Pour sa part, le Procureur, Serigne Bassirou Gueye confirme la décision de l’agent judiciaire de l’Etat : « je suis obligé, eu égard de l’irrecevabilité de la constitution, je suis obligé de dire non. La ville de Dakar, l’article 03, ne le permet pas. J’insiste que la ville de Dakar reconnaisse qu’elle ne peut pas se constituer partie civile. Le code des collectivités locales, le maire de Dakar qui représente la collectivité locale, il est chargé sous le contrôle du conseil municipal en justice, c’est clair ».

Avant de terminer, il convoque l’article 172 pour dire qu’en cas d’empêchement,  le maire peut déléguer une partie de ses attributions à une ou plusieurs de ses adjoints.  « L’irrecevabilité est claire, a-t-il dit.

Les avocats de la défense ne sont pas du même avis que ces derniers. A les en croire, la mairie de Dakar a subi un préjudice moral et non matériel. Donc, sa constitution doit être recevable.

Une pause technique  de 15 minutes est observée suite à des perturbations au niveau du public.

 

Les commentaires sont fermés.