Modern technology gives us many things.

Procès de Khalifa Sall: la marmite de Me Bitèye invitée surprise

Lors du deuxième jour du procès de Khalifa Sall, l’avocat de la partie civile, Me Samba Bitèye a utilisé le proverbe Wolof qui dit : «Tchin beunoul feukhoul, yakh bafa nékoone diogué fa», pour parler des fonds supposés détournés à la mairie de Dakar.
Ce qui n’a pas plu à Me Amadou Sall de la défense qui a rétorqué: « Tchin beunoul feukhoul ndakh  guate guaa lakk, lakk lakk, lakk, ba yakh ba seey».

Cette réplique de Me Amadou Sall n’a pas plu au juge Malick Lamotte qui le lui a fait savoir: «II y a des mots indécents qu’on ne doit pas utiliser dans cette juridiction par respect aux institutions », lui a-t-il lancé.

Mais, Me Sall Trouve que ce qu’il a dit n’a rien de choquant: «M. le juge, je vous respecte et je respecte ma profession. Et, donc, je ne dirai jamais des mots qui pourront manquer de respect à cette profession et, vous manquer de respect. J’ai dit en langue wolof ce proverbe en français : «la marmite ne brûle pas mais c’est son derière qui brûle. Pas autre chose. Merci».

Une autre avocate de la défense est entrée dans la danse et donné son avis sur cette fameuse marmite. Me Borso Pouye qui dit comprendre mieux le Soussou que la langue de Kocc Barma  a indiqué que la marmite ne bout pas, seulement, ils ont voulu y mettre une personne et malheureusement la marmite était trop petite pour contenir cette personne, finalement, il n’y a rien eu dans cette marmite.

Me Samba Bitèye qui a été dépassé par la tournure qu’a pris sa marmite a voulu clore le débat: « Apparemment cette marmite a attiré les attentions beaucoup plus que le droit. Et c’est une Soussou et un Peulh qui ont répondu à ce proverbe, mais je leur laisse la marmite et je me consacre au dossier », a conclu la robe noire pour mettre fin à ce débat autour de la marmite.

Les commentaires sont fermés.