Modern technology gives us many things.

Pourquoi Macky 2012 est combattu par les faucons du Palais ? Les véritables problèmes

Mamadou Thiam responsable Model et membre de la coalition Macky 2012 retrace les véritables problèmes de ladite coalition qui ont valu à Ibrahima Sall (actuel DG de la SICAP) son poste de ministre de l’Education. Ibrahima Sall président du Model, était la personne de la campagne présidentielle de 2012, car il était le président du pôle programme de « Yonnu Yokkuté » et coordinateur de la coalition.
Le véritable problème de Macky 2012, selon Mamadou Thiam

« Pour parler des problèmes de Macky2012, il faut, pour être précis, parler de la genèse de cette coalition. Vous savez la coalition Macky2012 n’est pas une coalition qui est sortie ex nihilo. Elle a été réfléchie et fondée sur des bases solides avec des stratégies mises en place. A l’époque, on était membre de la coalition « Benno Siggil Sénégal ».
Après il y a eu des clans qui se sont formés, certains sont partis comme Tanor Dieng qui a formé « Benno ak Tanor » et « Benno Siggil Sénégal » est restée avec Moustapha Niasse.
C’était un ensemble de groupes autour de l’Apr, du Ps, et de l’Afp avec des constellations de partis soutenant chacun un candidat potentiel.
Nous étions à tous les coups prêts à choisir notre candidat qui allait diriger notre coalition, au cas où Benno Siggil Sénégal exploserait. Et on a choisi le candidat Macky Sall.
En plus des réunions que nous tenions avec « Benno siggil Sénégal », nous nous voyions aussi pour mettre sur place la coalition « Macky2012 ».
Au moment où tout a été clair sur les candidatures, Macky2012 est sortie de terre et avait comme candidat le président Macky Sall.
Je me rappelle, il y a beaucoup de gens qui tournent autour du président Macky Sall aujourd’hui, et pourtant, ils ont tout fait que sa candidature ne passe pas à l’élection présidentielle de 2012.
Mais malgré tous ces bâtons dans nos roues, nous avons cru au président Macky Sall et à sa vision dès le début de notre compagnonnage.
Nous sommes descendus sur le terrain pour faire adopter le président Macky. Nous nous sommes battus pour qu’il soit dans le cœur des populations et dans leur tête pour son élection. Je me rappelle pour déposer la candidature de Macky Sall, on était dans ma voiture et la candidature a failli ne pas passer parce qu’on avait oublié de mentionner « Il sait lire et écrire le français ». Je me rappelle c’est le professeur Amath Dansokho qui nous l’a rappelé.
Ce sont ces combats-là qui ont valu d’avoir 26% au premier tour avant de gagner au second tour.
Ce que nous déplorons aujourd’hui, c’est que nous avons le sentiment d’être laissés en rade, abandonnés.

Les commentaires sont fermés.