Modern technology gives us many things.

Porsche, Ferrari, Bugatti, Maserati du fils du dictateur équato-guinéen vendues aux enchères

teodoro obiang nguemaPorsche, Ferrari, Bugatti, Maserati… neuf voitures de luxe appartenant au fils du président-dictateur de la République de Guinée équatoriale Teodoro Obiang (photo) ont été vendues aux enchères à la salle Drouot, lundi 8 juillet, pour un montant de 2,8 millions d’euros, rapporte le magazine Forbes. Ces voitures, saisies en septembre 2011 par la justice française dans le cadre de l’affaire dite “des biens mal acquis”, ne comptaient que peu de kilomètres au compteur. Et pour cause, Teodorin Obiang, 42 ans, improbable vice-président et ministre de l’agriculture dans le gouvernement de son père, a surtout bâti sa réputation sur son train de vie outrancier et ses folies dépensières. Une demeure d’une valeur de 30 millions de dollars à Malibu, deux à Cape Town en Afrique du Sud, un hôtel particulier avenue Foch à Paris, des pied-à-terre à Buenos Aires et à Londres, des locations de yacht à 400 000 dollars la journée pour organiser des fêtes orgiaques, des montres et des vêtements de luxe, des toiles de maître… Teodorin Obiang justifie ce trésor par le dur labeur tiré d’activités légales. Slate Afrique avait consacré une vaste enquête à celui qui partageait sa vie entre la France et la Californie. “Partageait”, car Teodorin Obiang fait l’objet d’un mandat d’arrêt international depuis 2012. Recherché en France pour détournement de fonds publics en vue d’acquérir des propriétés de luxe à Paris, le fils du dictateur ne s’était jamais présenté aux convocations des juges Roger Le Loire et René Grouman. D’autres biens saisis dans son hôtel particulier, dont des grands crus, pourraient également être vendus aux enchères. “C’est une procédure judiciaire et nous avons essayé de récolter le plus d’argent possible. Nous avons trouvé notre cible, je suis ravi”, s’est félicité Damien Libert, commissaire-priseur de la vente.

Les commentaires sont fermés.