Modern technology gives us many things.

Plus de 1000 personnes vivant avec le VIH prises en charge à Mbour

 

sida gabonLa coordinatrice de l’Unité de traitement ambulatoire (UTA) de Mbour, le docteur Fatou Seck Sarr, a salué la réhabilitation de ce service qui assure la prise en charge d’une cohorte d’un peu plus de 1000 personnes vivant avec le VIH (PVVIH), dont une file active de 370 personnes.

Ce chiffre ne prend pas en compte ”la cohorte des diabétiques qui tourne autour de 600 personnes” ainsi que celle des personnes souffrant de dermatoses et des hypertendus ”qui viennent en consultation’’, a-t-elle indiqué vendredi à l’APS en marge de l’inauguration de l’UTA de Mbour.

D’après la dermatologue, l’UTA permet d’assurer une meilleure prise en charge de personnes présentant des maladies chroniques en général et principalement celle des PVVIH.

‘’Cela rime avec diabète, tensions, VIH/Sida et certaines dermatoses, voire la pédiatrie et d’autres maladies liées à la grossesse’’, a-t-elle précisé. C’est ce qui explique, selon elle, ”l’intégration de toutes les spécialités au sein d’une même structure’’.

C’est un ‘’véritable ouf de soulagement’’ qui est ressenti, parce que dorénavant, l’accompagnement psychosocial, le volet nutritionnel et l’amélioration de la qualité des soins seront assurés, a-t-elle souligné.

“Le plus souvent, même s’il y a une bonne prise en charge médicale, la prise en charge nutritionnelle fait défaut’’, a fait remarquer Mme Seck, pour justifier le rôle de l’assistance sociale qui sera également chargée de suivre les perdus de vue.

Dans le cadre des activités génératrices de revenus, l’exploitation d’un micro-jardin permettra aux malades qui sont suivis dans cette unité, notamment les PVVIH, d’acheter leurs médicaments et de respecter leur rendez-vous, a-t-elle assuré.

La coordinatrice de l’UTA de Mbour précise que seules des hospitalisations de jour seront faites dans ce service pour les cas urgents. ‘’Si l’hospitalisation doit se prolonger pour ces urgences, ils sont référés vers d’autres services selon la pathologie’’, a-t-elle dit.

Les soins ambulatoires correspondent aux actes médicaux ne nécessitant pas d’hospitalisation prolongée et permettant de rentrer chez soi le jour même de l’intervention.

C’est grâce au Fonds mondial pour la lutte contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, à travers la Division de lutte contre le Sida et les IST (DLSI) que ce service, niché au sein de l’hôpital régional de Mbour, a pu mobiliser 27.630.951 FCFA pour la réhabilitation et l’équipement, et 2.943.200 FCFA pour les besoins en matériel de l’UTA de Mbour.

Les commentaires sont fermés.