Modern technology gives us many things.

Plaidoyer pour l’implication des femmes dans le processus de la réforme foncière au Sénégal

champ 1Des membres des organisations de la société civile du Sénégal et des organisations féminines demandent l’implication des femmes dans le processus de réforme foncière entamée par le gouvernement sénégalais.


“Il faut que le gouvernement implique les femmes dans cette réforme, en tenant aussi compte de leurs droits et intérêts. Elles ne doivent plus être laissées en marge de ce processus”, a plaidé Marième Sow, coordonnatrice de l’ONG Enda Pronat.

La structure organise les 3 et 4 juillet à Dakar, un atelier national de réflexions et d’échanges sur “femmes rurales face à la réforme foncière au Sénégal”, en partenariat avec la Fondation Rosa Luxembourg et le Réseau national des femmes rurales du Sénégal (Rnfrs).

Selon Mme Sow, l’implication des femmes dans la réforme foncière est d’autant plus importante que le monde rural a de “fortes inquiétudes face à l’accaparement des terres” par des multinationales.

“Une réforme foncière sans une participation sincère, claire, nette et forte des femmes, cela ne vaut pas la peine. Si la terre nous échappe, les hommes vont émigrer et les femmes devenir des employées agricoles. Ce qui est inacceptable”, a ajouté Marième Sow.

Selon Mignane Diouf, coordonnateur de la setction sénégalaise du Forum social mondial, il faut donner la terre à ceux qui la cultivent et qui ne la vendront pas. “Et ceux-là, a-t-il estimé, ce sont les femmes. C’est pourquoi, il faut les impliquer dans le processus de la réforme foncière”.

Poursuivant son propos, M. Diouf a indiqué que cette réforme également en cours dans beaucoup de pays africains dont le Mali, la Côte dIvoire et le Botswana, doit permettre aux femmes de “gérer, surveiller et contrôler de facto la terre”.

Il a souligné que le débat sur le foncier n’est seulement sénégalo-sénégalais, mais aussi mondial. “C’est pourquoi, il invite d’autres partenaires qui n’ont pas souvent les mêmes intérêts que les Sénégalais et qui peuvent nous faire faire ce que nous ne voulons pas”.

Les commentaires sont fermés.