AMPDes spécialistes de la pêche ont plaidé, mardi à Dakar, pour l’octroi davantage de moyens financiers et humains pour une gestion efficace des aires marines protégées (AMP).

«De nos jours, les questions touchant la gestion des AMP sont caractérisées par une grande complexité à laquelle doivent répondre les gestionnaires en raison de leurs effets sur la santé des écosystèmes et à la situation socio-économique des communautés résidentes. C’est pourquoi, il est nécessaire de renforcer leurs moyens financiers et augmenter le personnel de gestion», a dit Claude Sène, coordonnateur de l’ONG APTE (Association Pêche, Tourisme, et Environnement).
Il s’exprimait à l’ouverture d’un atelier sous-régional sur l’évaluation de l’efficacité de gestion des Aires marines Protégées de la Mauritanie, du Sénégal, de la Gambie, du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau et de la Guinée. Cette rencontre de trois jours est organisée dans le cadre de de la mise en œuvre des activités du projet «Gouvernance, politiques de gestion des ressources marines et réduction de la pauvreté dans l’Ecorégion WAMER».
Au Sénégal, une loi datant de 2004 a créé cinq Aires Marines Protégées, mais les autorités ambitionnent d’en arriver à une dizaine à l’horizon 2020.
Claude Sène a souligné que si la gestion des AMP apparaissait autrefois comme une activité de nature purement technique, on se rend compte aujourd’hui qu’elle s’inscrit résolument dans une démarche de gouvernance multi-acteurs aux enjeux parfois divergents voire concurrentiels et qu’elle constitue une problématique très importante en matière de développement durable en Afrique.
« La gestion des AMP, a-t-il poursuivi, est confrontée aujourd’hui à des pressions et menaces dont la pêche, la coupe de ligneux, les modifications du milieu, la pollution, l’érosion côtière, l’insuffisance du personnel et des moyens financiers. D’où l’importance de renforcer ces deux derniers points relatifs aux moyens financiers et humains pour une gestion efficace des AMP».
Selon Dr Pape Samba Diouf, représentant régional du WWF, les résultats obtenus dans la gestion des AMP ne sont pas souvent ceux auxquels on s’attendait.
«D’où, a-t-il estimé, il est important de bien les gérer et d’évaluer l’efficacité de cette gestion. Ce qui passe forcément par l’octroi de moyens financiers et humains conséquents».

Sources : APA

PARTAGER