Modern technology gives us many things.

Peut-on dire qu’Obiang Nguéma est un ‘dictateur’ ? La justice française le juge

PARIS, (AFP) – Peut-on qualifier Teodoro Obiang de “dictateur” et de “corrompu”?

obiang 1Le tribunal correctionnel de Paris en a débattu jeudi lors d’un procès en diffamation intenté par le président de Guinée équatoriale contre une émission de la chaîne France 5. Au détour d’un numéro de “C dans l’air” consacré à la Côte d’Ivoire le 27 décembre 2010, M. Obiang, qui dirige d’une main de fer ce petit pays pétrolier d’Afrique centrale, était mentionné dans un “point sur les dictateurs africains”. “Mais l’un des plus corrompus est, sans doute, le président de la Guinée équatoriale, l’Etat confetti bourré de pétrole. Au pouvoir depuis 31 ans, il est plus fortuné que la reine d’Angleterre mais cela n’aura pas suffi à polir son image. A coups de millions de dollars, Teodoro Obiang avait voulu créer un prix scientifique à son nom par l’intermédiaire de l’Unesco”, poursuivait le reportage. Estimant qu’à travers cette affaire “on veut intimider”, le présentateur de l’émission, Axel de Tarlé, affirme que “ce que cherche M. Obiang, c’est qu’on ne parle plus de lui”. “La presse est unanime”, a-t-il poursuivi, et de “très nombreux rapports” d’ONG “arrivent tous à la même conclusion, qu’Obiang est corrompu”. L’avocat du chef d’Etat, Anthonin Lévy, a constaté que selon la jurisprudence, le terme de dictateur n’est “pas assez précis pour faire l’objet d’un débat probatoire”, citant un arrêt d’avril dernier qui a relaxé une ONG poursuivie par son client. Néanmoins, il a jugé l’insinuation de la deuxième phrase incriminée d’une “immense perfidie”. Dans le passage de 35 secondes consacré à M. Obiang, “on choisit sur une question complexe de simples déclarations à l’emporte-pièce”, selon lui fausses. Les avocats des prévenus ont plaidé la relaxe. Le terme de dictateur “relève du seul jugement de valeur”, a ainsi fait valoir Me Claire Chaillou, soulignant que les journalistes avaient “une base factuelle plus que suffisante”. Teodoro Obiang “envoie sur les bancs de l’infâmie des gens qui ne méritent pas d’y être”, a plaidé Me Olivier Baratelli, réclamant 10.000 euros pour procédure abusive. “Obiang serait victime d’un complot mondial” comprenant les pays démocratiques, la presse, l’ONU et les associations humanitaires, a ironisé l’avocat de France Télévisions, Eric Andrieu, estimant que le plaignant cherche à obtenir du tribunal “un brevet de respectabilité”. Le jugement a été mis en délibéré au 16 janvier.

Les commentaires sont fermés.