Modern technology gives us many things.

Petit train de Banlieue : les travailleurs réclament 1,200 milliard à l’Etat

train banlieueLe Syndicat des travailleurs du Petit train de banlieue SA menace de paralyser le transport dans les jours à venir. Ce syndicat réclame l’application du nouveau barème de compensation sur le ticket de voyage dans le prochain budget, sans quoi il menace de bloquer le réseau.

 

La circulation du Petit train de banlieue SA (Ptb.Sa) pourrait connaitre des perturbations dans les jours à venir. Le Syndicat des travailleurs dudit train, qui assure la liaison entre la capitale sénégalaise et sa banlieue (8000 passagers/jour) menace de paralyser la circulation de cette locomotive. Il réclame de l’Etat l’application des accords relatifs au nouveau montant de la compensation sur le prix des tickets de voyage qui prévoient de faire passer ce montant arrêté en 2004 à 500 millions, à un milliard deux cents millions de francs CFA.

« En 2004, nous avions signé une convention avec l’Etat. C’est cette convention qui a permis d’arrêter le prix du voyage à 150f pour Dakar-Thiaroye et 200f Dakar-Rufisque. En contrepartie, le gouvernement s’est engagé à nous verser chaque année une compensation de 500 millions pour combler les pertes. Mais entre-temps beaucoup de choses ont changé et je ne parle même du coût du carburant qui a presque triplé. Et l’Etat veut toujours continuer à nous imposer ce montant en dépit de ces changements de paramètres», a indiqué Momar Sall, Secrétaire général dudit syndicat.

Il précise par ailleurs qu’une nouvelle convention, négociée avec l’ancien régime libéral dort dans les tiroirs du gouvernement. «Nous avons obtenu un accord avec l’ancien régime concernant la hausse de cette subvention. Mais depuis l’avènement des nouvelles autorités on n’a pas senti les choses bouger dans le sens de l’application de ce nouveau barème. Nous estimons que trop c’est trop. Et si toutefois, l’Etat s’entête avec les 500 millions dans le prochain budget, on va observer une grève”, a-t-il averti.

 

Sud Quotidien

Les commentaires sont fermés.