Conseil
Le Conseil constitutionnel sénégalais a confirmé lundi sa décision d'autoriser le président sortant Abdoulaye Wade à briguer un troisième mandat à la tête du pays lors de la présidentielle du 26 février. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Les investitures au Sénégal comme à l’extérieur ont créé des remous au sein du Parti Démocratique Sénégalais. La Fédération PDS de Mauritanie, à l’instar des autres fédérations PDS de l’extérieur n’a pas échappé à la foudre des investitures.

En Mauritanie, fief naturel du PDS, la situation est délétère suite à l’investiture de Mr Doudo Thiam plus connu sous le nom de Boubacar Thiam. Le choix porté sur ce frère a surpris plus d’un observateur. Comment en est-on arrivé là ?

En effet, lors de la visite en Mauritanie, du 14 au 17 Mai dernier, de Mr Pape Saer Guèye à l’occasion de notre meeting de rentrée politique, notre frère qui a assisté au meeting a convoqué dans la soirée les responsables de la fédération et des mouvements karimistes afin d’échanger au sujet du choix du candidat à la députation pour l’Afrique du Nord qui regroupe outre la Mauritanie, le Maroc, la Tunisie et l’Egypte. Jusqu’au petit matin, aucun consensus n’a été trouvé. Nous avons demandé à rediscuter mais Mr Guèye a préféré organiser le 16 Mai, un vote populaire sans définir les critères, encore moins prendre des dispositions organisationnelles et sécuritaires suffisantes.

En outre, tous les Sénégalais de quelque bord que ce soit, étaient conviés à ce vote qui a démarré à 18h quasiment. Ils ont pris d’assaut la maison des jeunes de Sebkha qui ne pouvait contenir nos militants. Pourtant, nous avions averti Mr Pape Saer Guèye qu’on ne pouvait pas organiser une telle élection dans ces conditions et ce, en connaissance de cause. Mais devant sa détermination et on ne sait à quel dessein, nous nous sommes trouvés dans l’incapacité de continuer le vote qui s’est terminé en queue de poisson alors que 100 et quelques Sénégalais seulement ont pu exprimer leur vote.

Or, plus de 700 Sénégalais attendaient dehors et dans les rangs pour exprimer leur vote. Lui-même Mr Pape Saer Guèye a constaté ces manquements au même titre que nous. Du coup, nous avions tous été d’accord que ce vote doit être annulé et qu’il ne fallait pas procéder au dépouillement au risque de créer un imbroglio. Car, celui qui sera devant se déclarera vainqueur alors que le vote n’était pas terminé. Pape Saer a refusé et s’est entêté de dépouiller.

Igfm

PARTAGER