Modern technology gives us many things.

Parrainage et paix civile : ALERTE AU SÉNÉGAL

0

La question de la rationalisation des candidatures est devenue aujourd’hui  un sujet dont le traitement par les acteurs du processus électoral a fini d’installer une menace grave pour la stabilité de notre pays.

L’obsession d’un second mandat est passée par là.

Le prétexte des 47  listes aux législatives de juillet 2017 ne résiste pas à l’analyse puisque les sénégalais savent que beaucoup de ces  listes ont été « parrainées » pour  que ce nombre dit pléthorique soit agité comme preuve de la nécessité d’apporter des changements substantiels à la Constitution.

Le professeur Ismaila Madior Fall, constitutionnaliste de renom, ministre de la justice, garde des sceaux,   n’ignore pas que le mode de scrutin désigne l‘ensemble des opérations de vote et les règles de calcul destinées à départager les candidats, alors que le mode d’élection définit  les conditions de fond et les formalités à remplir pour être candidat.

S’il en est ainsi, les réformes envisagées rendent nuls et de nul effet, les principes d’intangibilité attachés  au mode d’élection du Président de la République.

La  modification de l’article 33 de la Constitution faisant sauter le quart bloquant, l’instauration du parrainage et certaines nouveautés introduites dans le code électoral, de façon  unilatérale constituent à n’en pas douter des restrictions inacceptables des droits et libertés et une atteinte grave à la démocratie.

Dans l’histoire de l’humanité, beaucoup de régimes ont été perdus par les thèses d’idéologues de circonstances qui n’étaient animés que  par une volonté obsessionnelle de devenir incontournables.

Le Président Macky Sall va-t-il courir le risque d’offrir au peuple sénégalais un 19  avril 2018 qui puisse faire  oublier pour longtemps le 23 juin 2011 ?

Le peuple sénégalais attend de son Président, une posture de Chef d’Etat qui ne défie pas son peuple et qui compte exclusivement sur son bilan matériel et immatériel pour solliciter le suffrage de ses concitoyens.

Pour cela, le Président doit d’abord retirer le projet déposé à l’Assemblée Nationale pour ensuite initier des concertations sérieuses sur les modalités de rationalisation  des candidatures  et de facilitation du vote des électeurs.

Déthié  Faye

Président de la CDR/ fonk sa kaddu

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.