Modern technology gives us many things.

Parrainage : Le mouvement « Macky Moo Niou Nior » engage la bataille de l’opinion

0

Le mouvement « Macky Moo Niou Nior » veut atténuer la polémique déjà vive sur le projet de la loi sur le parrainage dont l’examen est prévu 19 avril 2018.  A cet effet,  le Président dudit Mouvement  a organisé un Panel animé par l’universitaire Mbaye Thiam, le samedi dernier pour dit-il « permettre aux citoyens à connaitre les tenants et les aboutissants de ce projet de loi ».

 

Selon Serigne Cheikh Mbacké, ce panel qui regroupe les intellectuels, les professeurs d’Université et les cadres de l’APR a pour objectif d’expliquer l’intérêt d’instaurer le parrainage à toutes les candidatures à l’élection présidentielle. Il a ainsi promis de prendre son bâton de pèlerin dans les jours à venir pour dit-il « porter la bonne parole ».

« L’opposition cherche désespéramment à bruler le pays en invitant les populations à manifester devant les grilles de l’Assemblée nationale qui est par essence le lieu du débat démocratique. Aucun parti politique de l’opposition n’a fait aucune contre proposition sur le parrainage. Ils n’ont aucun programme alternatif », fulmine le président du mouvement Macky Moo Niou Nior.

Pour Me Oumar Youm, prenant part à ce panel,  la position du Gouvernement tendant à mettre en place un mécanisme de filtrage pour les candidatures aux élections présidentielles, à travers le parrainage, a des bases scientifiques, sociologiques, politiques, juridiques et démocratiques.

Il précise que « ce parrainage n’est fait contre personne ». Mais ajoute-t-il, « le parrainage vient rétablir la justice et l’égalité entre les candidats pour mettre fin à cette discrimination entre les candidats présentés par des partis et coalitions de partis politiques et les candidats indépendants ».

A en croire Me Youm qui semble bien assis dans son manteau de juriste, « cette régulation démocratique trouve sa source dans la modification de l’article 29 de notre constitution qui dit que les candidats présentés par des partis politiques et de coalitions de partis politiques sont dispensés de formalisme de présentation de leur candidature par la signature des citoyens là où les candidats indépendants sont contraints à cette formalité qui me parait être, du point de vue de la loi, au vu de notre constitution en son article premier, la déclaration des droits de l’homme, en son article premier, au regard de l’égalité des citoyens devant la loi, me parait être une rupture d’égalité des citoyens devant la loi ».

Cependant croit savoir Me Youm, « si rien n’est fait pour rationaliser notre jeu démocratique, pour nous permettre d’avoir une démocratie mature, moderne, qui offre une lisibilité sur les offres politiques, économiques et sociales, qui permet aux citoyens de faire des choix justes et justifiés, nous allons droit vers le mur ».

 

 

« Nous avons vu déjà ce qui s’est passé au niveau des élections législatives avec 47 listes de candidats. Aux élections législatives de 2012 on avait 24 listes, donc une augmentation presque exponentielle à plus de 100%. Il ne faut pas s’étonner en 2022, aux élections législatives qu’on est à plus de 90, ce qui rendrait notre démocratie impraticable », avertit-t-il.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.