Modern technology gives us many things.

Parrainage…L’Appel aux compatriote de Mbaye Diack

Au nom de mon Parti politique l’Union des Forces Patriotiques Emergentes (U.F.P.E) et sans nul doute avec l’aval de sa Direction Nationale  pour l’intérêt supérieur du peuple sénégalais et par-delà l’intérêt des peuples du monde entier épris de paix et de justice social je voudrais lancer un appel aux différentes composantes politiques de mon Pays pour une prise de conscience, consciente et responsable, de la situation actuelle et au regard de ce qui se dessine dans mon Pays auquel j’ai donné tout ce que je pouvais pour son bonheur et pour son épanouissement dans la justice et la fraternité.

Les Partis politiques et autres organisations pour autant qu’on puisse beaucoup attendre d’elles ne devraient être mus dans ce monde si bas que la recherche permanente et sans cesse de l’amélioration des conditions de vie des générations présentes et à venir. L’intérêt personnel pour le bonheur individuel relève d’un instinct naturel mais en aucun cas ne doit conduire à un aveuglement à la limite destructeur non seulement de cet intérêt qu’on cherche mais aussi de l’avenir heureux dont la recherche est un sacerdoce que la justice et l’amour du prochain nous ordonnent comme une tache permanente.

Partis politiques et autres organisations sont aujourd’hui divisés non pas seulement sur les opinions, ce qui est normal, mais cette division commence à prendre des formes organisationnelles qui en appellent à la violence matérielle. La violence, tout le monde sait comment elle nait mais personne ne dira comment elle finit. Souvent c’est dans une catastrophe dont personne n’a voulue.

De Senghor à Abdoulaye Wade et même avant Senghor pendant le colonialisme, les opinions se sont toujours affirmés, certes avec quelque fois violence, mais les gens ont toujours su, comme dit l’adage, raison gardé. C’est cette raison gardée qui a toujours pu faciliter les retrouvailles non condamnées, après les affrontements souvent plus verbaux que physiques : Senghor et Lamine Guèye, Abdou Diouf et Abdoulaye Wade, l’U.P.S et le PRA-Sénégal, les étudiants sénégalais et Senghor, après 1968 les syndicalistes et Senghor pour ne citer que ces évènements précédés et suivis par d’autres.

Conscient que ce que j’observe actuellement, peut conduire à une situation dont personne ne pourra dire qu’il l’avait prévue encore moins envisagée, il est de mon devoir d’en appeler à la raison pour autant qu’on en est encore conscient.

Le parrainage qui, aujourd’hui, est officiellement la source de division, semble traité non pas pour les intérêts des sénégalais pour une avancée dans la démocratie mais pour défendre des intérêts présents pour les uns et futurs pour les autres. Les uns s’y accrochent pour persister dans leurs intérêts, les autres le rejettent pour des intérêts futurs. D’un côté comme de l’autre on ne parle nullement de ce que cette idée peut apporter au peuple ou lui en ôter.

Au vu de ce qui précède, je voudrais lancer un appel :

  • A Monsieur Macky Sall, je voudrais demander que même si la loi est adoptée, ce qui semble certain, de tenir compte de son application pour éviter des affrontements inutiles. Une loi, comme il le sait, est générale et c’est dans son application qu’on peut l’améliorer ou la restreindre. Je l’invite donc, dans l’application de cette loi, de tout faire pour qu’il existe des consensus. Cela le grandirait.
  • A l’opposition opposée au parrainage, je voudrais demander de se dire que l’idée n’est pas fondamentalement mauvaise et qu’on peut l’améliorer en faisant en sorte que tout sénégalais digne d’être candidat puisse l’être sans entrave. Cela est possible en examinant positivement les dispositions d’application de la loi avec une ferme volonté d’avancer.

Cet appel que je lance à tous les sénégalais, surtout préoccupés par l’avenir de notre Pays si respecté, est dû simplement, en toute modestie, à mes convictions révolutionnaires et patriotiques que je partage et ai partagé avec tous ceux qui, d’un côté comme de l’autre, jeunes et moins jeunes, ont beaucoup sacrifié et continuent de le faire pour l’intérêt supérieur de notre chère Patrie. J’ose croire qu’il sera entendu surtout par ceux qui croient à la justice et à la vérité et particulièrement par Macky Sall dont la responsabilité dans ce qui arrivera de bon ou de regrettable sera sans conteste.

Postscriptum : La plupart des hommes et femmes qui aujourd’hui occupent la scène politique sont manifestement de bonnes volontés. Cependant il leur manque la formation initiale dans ce domaine algébrique qu’est la politique du fait que dans la plupart des Partis, pour ne pas dire tous, il n’existe pas d’école du parti chargée d’informer sur l’actualité et d’analyser les évènements par rapport à l’idéologie du parti autant que celle-ci existe. Les hommes politiques actuels sont plus emportés par leurs prises de positions, par la passion que par un souci de convaincre à partir d’arguments dont la substance est bien maitrisée.

Cela est la conséquence d’une option idéologique bien maitrisée  dont on est convaincu qui fait défaut. On n’agit plus par des options matérielles présentes ou futures que pour défendre une ligne idéologique.

Mbaye DIACK

Secrétaire Général de l’U.F.P.E

Les commentaires sont fermés.