Modern technology gives us many things.

Ouverture de la 29ème Conférence des Ministres de la Francophonie

          diouf mankeur 1La 29e session de la Conférence des Ministres de la Francophonie, s’est ouverte ce jeudi matin à 9 heures, à la Maison de la Convention à Paris, sous la présidence du Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

          Le discours d’ouverture  le Secrétaire Général de l’OIF, le Président Abdou DIOUF a été axé sur les sujets brûlants du continent africain. Concernant le Mali, l’ancien Président du Sénégal a salué les efforts de la communauté internationale pour le retour définitive de la paix dans ce pays et la tenue de l’élection présidentielle transparente et démocratique. Abdou Diouf s’est félicité de la levée des sanctions contre ce pays et sa réintégration au sein de la famille francophone, avant d’exprimer sa solidarité avec le peuple malien.

          Concernant la République démocratique du Congo, il a déploré la suspension du dialogue démocratique entre les acteurs politiques de ce pays qu’il appelle à un nouveau dialogue. Le Secrétaire général de l’O.I.F. a aussi manifesté son inquiétude quant à la situation politique de la république centrafricaine, avant de demander le respect de la mise en œuvre de l’accord de Libreville.

          Le Secrétaire général de l’O.I.F. s’est aussi intéressé à la situation politique malgache. Pour Abdou Diouf, «l’O.I.F., tout comme toute la communauté internationale, salue la tenue de l’élection présidentielle dans ce pays ». Il a lancé un appel à la responsabilité des acteurs du jeu politique et à un climat serein. Ses félicitations vont aussi à l’endroit de la Guinée Bissau. « Je lance un appel soutenu  à une solution définitive pour la paix et la stabilité dans ce pays,  et salue les efforts de la communauté internationale pour la cessation des hostilités », a déclaré Abdou Diouf, qui a salué  « la tenue d’élections législatives, marquées par la forte participation des femmes et des jeunes ».

          La situation en Afrique du nord a aussi préoccupé la Francophonie. Le Secrétaire général a déploré la situation en Egypte et en Tunisie. Pour le premier pays,  il a rendu compte de son implication pour la mise en œuvre de la feuille de route et a déploré encore une fois, « la destitution du Président démocratiquement élu, Mohamed Morsi ». Concernant la Tunisie, la reprise du dialogue est souhaitée par la Conférence.

          Pour le Président Diouf, «avec tout ce travail, il y a des signes encourageants d’enracinement démocratique dans l’espace francophone ». « L’O.I.F. est au service de la paix, de la justice et de la démocratie », a-t-il précisé.

Le Ministre français de la Francophonie a évoqué la Promotion des valeurs francophones de liberté, de solidarité et de fraternité. Pour Yamina Benguigui, «il y a une chanson : le premier qui dit la vérité se trouve toujours sacrifié. D’abord on le tue et puis on s’habitue. Non, on ne s’y habitue jamais. On a voulu frapper le Mali en plein cœur. Malgré l’horreur, le peuple malien est arrivé debout à l’élection présidentielle. La France est aux côtés du Mali et y restera ». Le Président dela République française a décidé de maintenir les forces françaises au Mali, en soutien à la Minusma, a informé le Ministre français Elle a salué la tenue d’élection à Madagascar, où « la démocratie a connu des années sombres ». « C’est pourquoi, la tenue de ces élections a été accueillie comme un signal porteur d’espoir. La France soutient l’O.I.F. dans son action et appelle au retour à la paix, au rétablissement à l’ordre constitutionnel en RCA., ainsi qu’à la prise en charge des besoins  humanitaires générés par cette crise. En RDC, le mouvement M 23 vient d’annoncer la fin de la rébellion. L’espoir de paix ne doit pas être déçu et les pays de la sous région doivent œuvrer à l’application des engagements pris à Addis Abéba », a-t-elle annoncé. Selon elle, « la jeunesse est une formidable richesse pour l’espace francophone. Elle doit être au cœur de l’action francophone. Sa maturité et son esprit de responsabilité ont été mesurés lors des Jeux de la Francophonie qui se déroulés à Nice au mois de septembre dernier. Nous avons le devoir de donner du sens à leur rêve francophone ». Elle s’est aussi félicitée de la mise sur pied du réseau des femmes francophones.

          Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Extérieur a tout d’abord exprimé ses sincères sentiments de gratitudes aux Autorités françaises pour leur hospitalité. Mankeur Ndiaye a aussi souligné « la grande fierté et la satisfaction du Sénégal de voir un de ses plus dignes fils, le Président Abdou DIOUF, conduire avec bonheur, dévouement et sagesse les destinées de la Francophonie, ce depuis plus d’une décennie ». Il a félicité l’ancien Président  du Sénégal, « pour la densité et la qualité de son rapport, avant de lui transmettre les chaleureuses salutations de Son Excellence Monsieur le Président Macky SALL ainsi que son soutien indéfectible à l’action qu’il mène au service de notre Organisation. Le Ministre des Affaires Etrangères a affirmé que, « le Président Macky SALL ne ménagera aucun effort pour perpétuer l’engagement résolu du Sénégal dans la Francophonie. Engagement hérité du Président Senghor, fortifié par le Président DIOUF de la plus brillante des manières, notamment quand il était à la tête du pays et à travers les éminentes fonctions qu’il exerce actuellement ».

          Il a aussi évoquéla recrudescence des conflits. Pour lui, « l ’année qui s’achève a été en effet marquée aussi par des crises un peu partout dans le monde, particulièrement dans l’espace francophone où malheureusement des pays amis et frères ont connu des situations graves d’instabilité». Cependant, Mankeur Ndiaye reste optimiste et pour lui, « l’espoir renaît dans certains pays et le Sénégal se réjouit, à ce propos, du rétablissement de l’intégrité territoriale et de la légalité constitutionnelle du Mali (ainsi que de sa réintégration dans les instances de la Francophonie ». Il a réaffirmé l’engagement du Sénégal au sein de la Minusma et son soutien au processus de réconciliation nationale que mène le Gouvernement malien dans l’esprit de l’accord de Ouagadougou et appelle à la poursuite de la lutte contre la menace terroriste qui continue de peser sur le Sahel.

          En ce qui concerne la Guinée Bissau, le chef de la délégation sénégalaise a réaffirmé « le soutien du Sénégal aux efforts du Gouvernement de transition pour mener à bien le processus électoral, tout en appelant la Communauté internationale à lui apporter l’appui nécessaire au règlement de la crise, au redressement économique, à la réforme du secteur de défense et de sécurité ainsi qu’à la lutte contre le trafic de drogue ». Il en veut pour preuve la contribution de 2 millions de dollars au budget.

          Mankeur Ndiaye a réitéré la demande de soutien de notre pays par la famille francophone pour sa candidature comme membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies pour la période 2016-2017, durant les élections prévues en octobre 2015. Il a comme la plupart des intervenants ont salué la mémoire des journalistes Ghislaine Dupont et Claude Verlon de RFI, tués récemment au Mali.

          56 délégations, dont 40 au niveau ministériel, prennent part à cette Conférence qui sera clôturée ce vendredi après une conférence de presse animée par le Secrétaire Général de l’OIF Abdou Diouf, le Ministre de la Francophonie de la RDC, Raymond Tshimanda et le Ministres des Affaires Etrangères, Mankeur Ndiaye.

Correspondance particulière de Samba Mangane

Les commentaires sont fermés.