Modern technology gives us many things.

Opération anti-corruption en Turquie: deux fils de ministres inculpés

turc pmEn Turquie, l’étau se resserre autour du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, dont le gouvernement est ébranlé par une vaste opération anti-corruption. Plusieurs dizaines de personnes avaient été interpellées à l’aube, mardi 17 décembre, à Istanbul et à Ankara. Ce samedi matin, le fils du ministre de l’Intérieur et celui de l’Economie ont été inculpés et placés en détention préventive.

La justice a confirmé, après quatre jours de garde à vue et d’interrogatoire auxquels tout le pays était suspendu, ce que les premières révélations annonçaient, à savoir que ce méga-scandale éclabousse directement le gouvernement de Tayyip Erdogan.

En effet, parmi les seize premiers suspects écroués, se trouvent les fils du ministre de l’Intérieur Muammer Güler et de l’Economie, Zafer Caglayan, alors que celui du ministre de l’Urbanisme Erdogan Albayrak a lui été relâché mais reste sous contrôle judiciaire. En sortant, celui-ci a brièvement déclaré : « Nous n’avons rien compris de ce qui nous arrive, que Dieu nous vienne en aide. »

Parmi les autres gros bonnets placés en préventive se trouvent le directeur de la banque Halkbank, une banque publique connue pour servir au contournement de l’embargo qui frappe l’Iran, et un homme d’affaires iranien naturalisé qui faisait trafic de lingots d’or avec ce pays. Toutes ces personnalités sont soupçonnées de corruption, de fraude et de blanchiment d’argent dans le cadre d’une première enquête sur des ventes d’or et des transactions financières entre la Turquie et l’Iran sous embargo.

L’AKP frappé de plein fouet

D’autres personnalités, comme le fils du ministre de l’Environnement Erdogan Bayraktar, ou le magnat des travaux publics Ali Agaoglu, sont, elles, également soupçonnées de corruption mais dans deux autres affaires distinctes. Elles ont été laissées libres.

Malgré la tentative du gouvernement de reprendre l’instruction en main, voire de l’empêcher d’avancer en changeant tous les hauts responsables de police du pays et en adjoignant au juges instructeurs deux procureurs, l’affaire frappe donc de plein fouet le parti de M. Erdogan.

Tension palpable

La nervosité de Recep Tayyip Erdogan est palpable ; en meeting ce samedi dans le nord du pays, le Premier ministre a retrouvé les accents de la bête traquée qui étaient les siens lors de la contestation de juin dernier. Il a d’ailleurs promis d’en finir, a-t-il dit, « comme avec les manifestations de Gezi » il y a six mois. Le Premier ministre ne semble en tous cas toujours pas décidé à limoger ses ministres impliqués, ni à précipiter le remaniement ministériel annoncé depuis quelque temps.

En campagne électorale (le scrutin municipal est dans trois mois), le chef du gouvernement préfère prendre ses partisans à témoin, leur demandant si la modernisation du pays était à leurs yeux compatible avec les rumeurs de corruption proférées. Et puis, jouant sur la rhétorique du complot international, il a dénoncé une campagne de dénigrement orchestrée de l’étranger et les manœuvres des lobbies financiers, promettant de démasquer un à un leurs auteurs.

La rumeur de l’ambassadeur

Ce samedi matin la rumeur de la convocation de l’ambassadeur américain au ministère des Affaires étrangères turc courait dans la capitale ; elle a été démentie, mais M. Erdogan a mis en garde les ambassadeurs en poste en Turquie contre toute interférence, menaçant même de retirer leurs lettres de créance.

Les commentaires sont fermés.