Modern technology gives us many things.

Et si on arrêtait de mettre tous nos malheurs sur le dos de nos autorités diplomatiques

La mort a encore frappe la communauté sénégalaise établie à l’étranger. Apres l’Italie c’est l’Espagne plus précisément à Madrid en la personne de Mr Mame Mbaye ndiaye de perdre la vie après une course poursuite avec les policiers espagnols. Il était sans papier et son unique tort c’est d’avoir le courage de ne pas tomber dans la délinquance en vendant dans les rues de Madrid. Il avait déjà fini de faire l’unanimité autour de lui par sa disponibilité son sérieux et son dévouement. Les membres du Dahira mouride ne me démentiront pas. Oui ce meurtre a tout à fait des relents de haine et de racisme car il est inconcevable pour un policier de courir derrière un pauvre vendeur à la sauvette sur plus de deux (2) km et à moto. N’empêche nous ne généralisons pas. Tout le monde n’est pas raciste en Espagne. La réaction toute teintée de colère des Sénégalais est à ce niveau compréhensible. En tant que Sénégalais j’ai juge nécessaire d’aller montrer ma compassion le vendredi après la prière du Djouma. Ma surprise et mon indignation furent grande lorsque notre ambassadeur fut agresse. N’eut été la promptitude des policiers espagnols l’ex  cemga aurait passé un mauvais quart d’heure et tout cela orchestré par le député Mor Kane. Sur la vidéo on le voit avec l’écharpe aux couleurs du Sénégal. Venu de Burgos pour faire tout bonnement de la récupération politique sur le cadavre d’un Sénégalais. C’est hallucinant. Il faut être avec Wade pour oser faire une pareille chose. Nous ne sommes pas amnésiques. Il a oublié que c’est son mentor qui avait envoyé son ministre de l’intérieur d’alors Me Ousmane Ngom pour négocier le rapatriement des Sénégalais en situation irrégulière pour un cout de treize (13) milliards.

Ces jeunes gagnés par le désespoir et qui voyaient en Wade le messie avaient déjà déchanté devant cette gabegie institutionnalisée dont seul Wade a le secret. C’est lui toujours Wade qui lui avait donné soixante mille (60 000) euros pour sa campagne ici en Espagne en 2012. Par contre le Président Macky Sall lors de sa dernière visite dans le royaume d’Espagne en décembre 2014 nous avait offert trente mille (30 000) euros nous permettant de payer sur une période d’une année le local qui nous sert de mosquée. Pour rappel à cette époque l’Espagne avait été frappé de plein fouet par la crise du coup nous avions d’énormes difficultés à payer le loyer. Un grand merci au Président de la République. On ne vous oubliera jamais dans nos prières car n’eut été cette aide nous aurions déjà rendu les clefs du local tant utile pour nos prières, réunions et activités des différents dahiras.

L’immigration sénégalaise vers l’Espagne date de plus d’une trentaine d’années mais force est de reconnaitre que c’est un échec à mon avis et plus précisément en ce qui concerne les immigrés vivant à Madrid. Nous peinons à avoir une association forte pouvant réunir tous les Sénégalais autour de l’essentiel malgré nos différences. Des jeunes comme Mame Mbaye Ndiaye il y en a beaucoup qui n’ont pas de cadre où évoluer, être aidé, orienté. La solidarité des Sénégalais n’est effective qu’après la mort. Nous ferons tout pour trouver les six mille (6000) euros pour le rapatriement d’une personne décédée. La solidarité doit être sentie quand on est en vie aussi. Ils sont légion les Sénégalais bien intégrés dans la société espagnole qui peuvent beaucoup apporter à leur compatriote mais ils préfèrent rester dans leur coin car ils ne veulent pas se mêler a des disputes inutiles. Les hommes à la place qu’il faut. La vérité aussi est que bon nombre de Sénégalais profitent de l’association pour se faire une place au soleil. Comment Mame Mbaye a pu rester pendant 14 ans sans papier alors que l’Espagne a les politiques migratoires les plus souples d’Europe. C’est juste inadmissible. D’autre part il ne faut pas se voiler la face notre crédibilité est mise à rude épreuve. Pour témoin il suffit de faire un tour à la place de lavapies pour voir comment de jeunes Sénégalais tous des vendeurs de haschich ont mis cette rue en coupe réglée. Par ailleurs nous sommes plus enclins à respecter l’administration du pays d’accueil que nos consulats. Quand il s’agit de traiter avec l’administration espagnole on respecte les délais, on fait la queue et on est très serviable. Par contre quand on est dans nos consulats c’est tout le contraire. Pour terminer j’espère que ces morts vont nous amener à réfléchir sur l’importance de nous doter d’une association forte et travaillant sur des bases claires et transparentes.

Oumar Fall dit Ngalla

Madrid

Les commentaires sont fermés.