Modern technology gives us many things.

Omar Mané lead vocal du groupe Njama Niaaba : « la langue balante traverse une dangereuse pente. Je chante pour la redresser »

omar manéDans cet entretien réalisé lors du dernier festival balenbuger de Sédhiou, Omar Mané, lead vocal du groupe Njama Niaaba est revenu sur la genèse de cet orchestre qui est un véritable chouchou du balantacounda tout en annonçant la sortie de leur troisième album.

Qui, êtes-vous ?
Je m’appelle Omar Mané.je suis chef d’orchestre du groupe Njama Niaaba.

Pourquoi ce nom Njama Niaaba ?
Njama Niaaba, à l’image d’Aline Sitoé Diatta, est une femme leader, une héroïne de la communauté balante qui a eu à diriger des expéditions guerrières en présence des hommes. Elle est dotée d’un pouvoir mystique qui la place au-dessus de sa communauté. Méconnue de la jeune génération, son histoire qui a marqué son époque est riche et pleine d’enseignements. En tant que jeune artistes nous avons donné son nom à notre orchestre pour l’immortaliser.

Parlez-nous es débuts de l’orchestre ?
Le groupe est fondé en 1994 à Niafor par une bande de copains. Au début c’est  une histoire d’enfance. Par la suite nous avons pensé y mettre du sérieux en misant sur la  qualité de fils de balanfoniste de renom que je suis. Mes camarades et moi ont pensé revaloriser ce legs.

Combien d’albums avez-vous produit ?
Nous avons sorti deux albums. Le premier est intitulé Balusna kijaago qui signifie valorisons notre culture. C’est dire que la culture balante traverse une dangereuse pente. Il nous faut la redresser. Cet album  qui nous a lancé a apporté les résultats escomptés. Il faut voir avec quelenthousiasme les jeunes entonnent notre musique à travers les concerts. Le deuxième album qui a pour titre « Doua »est une sollicitation de la bénédiction des sages pour un meilleur épanouissement des jeunes qui sont l’espoir dès demain.

Comment définirez-vous votre style musical ?
C’est un style nouveau qui né d’un mélange de sonorités divers de la Casamance naturelle mais dont le balafon demeure l’élément clé de notre musique. C’est de « l’afro balante ». Nous avons voulu imposer cette musique en mettant en exergue le balafon balante qui n’est pas bien connu du large publique. Il a pourtant des particularités. Il se distingue du balafon dialonké et du xylophone indien grâce à sa gamme diatomique variée et riche. On s’en est rendu compte au cours de nos tournées à travers le monde notamment au festival dénommé « triangle du balafon » qui se tient  au Mali.

Quels sont vos projets ?
Pour l’heure on est préoccupé par notre tournée annuelle  nationale qui nous conduit aussi en Gambie. Il faut signaler que les alliances sont nos partenaires qui nous accompagnent durant les tournées.  Parallèlement à cela on s’active sur la sortie de notre troisième album

Quels sont les thèmes abordés dans le disque ?
Tout en faisant la promotion de la culture balante, la problématique de la paix en Casamance est au menu. L’actualité dans la sous-région notamment le Mali y occupera également une place importante.

Propos recueillis par Ousmane Demba/Sédhiou.xibaaru.com

Les commentaires sont fermés.