Modern technology gives us many things.

NIGER. Double attentat : 23 morts, un terroriste retranché

23 personnes, dont 18 militaires nigériens, ont été tuées jeudi 23 mai dans l’attentat contre un camp militaire à Agadez, dans le nord du Niger, où des élèves officiers sont toujours retenus en otages par l’un des “kamikazes”, annonce le gouvernement nigérien. Un autre attentat sur le site d’uranium d’Areva, à Arlit, a fait 13 blessés, et un mort, le kamikaze.

nigéria attentat police“A Agadez nous avons 19 morts”, “18 militaires et un civil”, a déclaré devant la presse à Niamey le ministre de l’Intérieur Abdou Labo. “Quatre kamikaze sont morts dans l’explosion”, a-t-il poursuivi, faisant aussi état de “13 blessés, dont six graves” dans les rangs de l’armée. “Un cinquième kamikaze s’est enfermé dans un local avec des otages élèves officiers” en formation à Agadez, a-t-il ajouté.

Le double attentat a été revendiqué par le groupe djihadiste Mujao.

“Selon le ministère de la Défense, la réaction des forces armées nigériennes a été énergique et les assaillants neutralisés” après ce double attentat, pouvait-on lire sur un bandeau défilant à la télévision publique nigérienne. La France, ex-puissance coloniale, a condamné “avec la plus grande fermeté” les attaques et présenté ses condoléances “aux familles des personnes décédées”.

Il s’agit des premiers attentats du genre dans l’histoire de ce pays pauvre et sahélien, engagé depuis début 2013 au Mali voisin contre des mouvements djihadistes. 

L’explosion est due à un véhicule bourré d’explosifs”, a indiqué le ministre de la Défense.

“Les assaillants ont été neutralisés”, a-t-il dit, ajoutant : “Ce sont des ‘peaux rouges'”, en allusion à des membres des communautés touareg ou arabe.

Attaques simultanées

Pratiquement au même moment, un autre véhicule a explosé sur un site de la compagnie nucléaire française Areva à Arlit. “La mine de Somaïr, exploitée par le groupe Areva, a fait l’objet d’une attaque terroriste ce matin aux environs de 5h30 heure locale”, a indiqué le groupe qui “condamne cette attaque odieuse” contre ses personnels dans un communiqué. “Des responsables de la société nous ont indiqué que le kamikaze est mort dans l’explosion”, a expliqué un employé de la Somaïr, sous couvert d’anonymat.

Un homme en treillis militaire conduisant un véhicule 4×4 bourré d’explosifs s’est confondu aux travailleurs de la Somaïr et a pu faire exploser sa charge devant la centrale électrique de l’usine de traitement d’uranium située à 7 km d’Arlit.”

“Maintenant, tout est calme en ville et le travail n’a pas cessé”, a assuré cet employé, qui fait état de “dégâts mineurs” sur le site. Areva a précisé que les blessés sur son site ont été pris en charge par les services de secours locaux et annoncé un renforcement de la sécurité sur ses sites, assuré par les forces nigériennes.

De source militaire, on avait appris en janvier que Paris allait envoyer des forces spéciales pour protéger les sites d’exploitation d’uranium d’Areva au Niger, à Imouraren et Arlit, où cinq des sept actuels otages français du Sahel avaient été capturés en septembre 2010.

L’extraction d’uranium au Niger, qui représente environ 20% des besoins français, est stratégique pour Areva, tant pour l’alimentation des centrales nucléaires françaises que pour la vente de cette matière à ses clients étrangers. Areva emploie environ 2.700 salariés au Niger, dont 98% sont des Nigériens. Une trentaine d’expatriés travaillent sur les sites d’Imouraren et d’Arlit.

(Avec agences)

 

Les commentaires sont fermés.