Modern technology gives us many things.

Ndiosmone : une partie de la route nationale 1 sous les eaux

ndiosmoneDes eaux de pluie ont envahi samedi matin la route nationale 1, à hauteur de Ndiosmone, un village du département de Fatick (Centre), obligeant la Gendarmerie locale à bloquer la circulation dans un premier temps, avant de procéder à une régulation alternative du trafic sur les deux sens, a constaté l’agence de presse sénégalaise.

De part et d’autre du tronçon envahi par les eaux de pluie, se forment de longues files de véhicules. Sous la surveillance des gendarmes, les automobilistes sont obligés d’attendre que le passage soit dégagé, pour reprendre la route.

Un bus en partance pour Marssassoum (Sud) s’est incliné sur le bas-côté de la route envahie par les eaux. Là, les gendarmes n’ont pas lésiné sur les moyens pour bloquer le passage.

« En raison de la gravité de la situation, seuls les véhicules pouvant traverser la partie immergée de la route sans risque d’accident seront autorisés à circuler », affirme le commandant Bourama Ndao de la compagnie de gendarmerie de Fatick.

« Nous ne pouvons pas laisser passer les véhicules présentant des risques » d’enlisement, ajoute-t-il, devant la pression de certains passagers tenant vaille que vaille à continuer leur chemin.

Et là, la circulation n’aura pas lieu simultanément dans les deux sens de la route, mais alternativement, précise-t-il.

Les sapeurs-pompiers, sous la direction du lieutenant Mody Ndour, commandant de la compagnie de Fatick, sont à la recherche d’un enfant porté disparu dans les eaux.

Un marigot a débordé sur la route nationale 1, occasionnant un accident dans lequel une femme âgée d’une trentaine d’années a trouvé la mort. L’enfant porté disparu, qui serait âgé de quatre ans selon des témoignages recueillis sur place, partageait le même bus avec la femme décédée.

Une délégation de l’administration territoriale locale conduite par Amadou Diop, adjoint au gouverneur de la région de Fatick, était sur place samedi matin, pour s’enquérir de la situation.

Les commentaires sont fermés.