Modern technology gives us many things.

MPR s’érige contre la presse occidentale qui assimile peuls et djihadisme

Depuis le début de la pénétration coloniale en Afrique, la communauté peule qui s’est distinguée par son opposition à la colonisation a été farouchement combattue par les colons. Lors de l’indépendance des pays africains les peuls ont été écartés du pouvoir, même si le Cameroun avec Ahidjo comme président a constitué une exception.  Cette politique de marginalisation des peuls a été maintenue le plus longtemps possible.
Une fois les indépendances proclamées, les peuls se sont retrouvés plus que jamais divisés avec la mise en place de frontières aberrantes dont l’origine remonte au congrès de Berlin (novembre 1884-février 1885) où les puissances Européennes, pour préserver leurs  intérêts politiques et  économiques,  ont procédé à la balkanisation de l’Afrique, des peuples frères ont été ainsi séparés, les peuls sont la parfaite illustration de cette division, le Fouta Tooro, le Fouta Macina, le Fouta Djalon, l’Adamawa, etc.
Les peuls ont sans aucun doute subi l’influence des courants arabo-islamique et euro-chrétien,  influences étrangères à notre culture et à notre civilisation.
Partout où elle se retrouve en Afrique cette communauté a été persécutée.
–    En Guinée, les peuls  ont été victimes d’une véritable épuration sous les régimes sanguinaires de Sékou Touré et Moussa Dadis Camara. Ils continuent d’être persécutés sous Alpha Condé ;
–    En Mauritanie, le système raciste maure s’est fixé comme principal objectif l’élimination des peuls, les répressions de 1966, 1979, 1968-1987, 1989, 1990-1991 l’attestent et le système raciste persiste dans sa politique d’arabisation et d’exclusion à travers un recensement discriminatoire et raciste ;
–    Au Benin, au Togo, au Ghana  et en Côte-D’ivoire ils sont considérés comme des parias ;
–    Au Tchad, au Soudan, ils sont écrasés et sous représentés malgré  leur poids démographique ;
–    Au Burkina Faso, ils sont persécutés au nom de la lutte contre le terrorisme ;
–    En Centre-Afrique, une coalition d’ethnies a juré d’en finir avec les peuls, des personnes vulnérables sont ainsi massacrées, c’est un véritable génocide qui s’organise actuellement, dans ce pays tous les moyens sont utilisés pour exclure et spolier les peuls ;
–    Au Mali, l’arrivée d’Ibrahim Boubakar Keita au pouvoir a vite démontré que les peuls ont toujours été une cible. Profitant de la présence de groupes djihadistes, l’armée sous les ordres du régime s’est livrée à de véritables massacres qui doivent être qualifiés de crimes contre l’humanité, des militaires et des miliciens agissent en toute impunité et nulle part ces massacres programmés n’ont été dénoncés;

Pendant plus de cinq décennies, le monde a observé un silence coupable face à cette marginalisation des peuls  qui vivent  dans près de 24 pays Africains.
Aujourd’hui, pour arriver à la solution finale, la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad s’associent  en constituant le G5 avec comme prétexte Combattre l’islamisme radical qui menace la sous-région. Nous rappelons que ces organisations islamistes en question se composent d’activistes de toutes les ethnies, et pourquoi indexer uniquement les peuls ?
Nous rappelons que notre combat s’oppose à toute orientation religieuse.  Dans ces conditions le mouvement panafricain pour la renaissance dénonce la campagne médiatique menée par certains organes de presses occidentaux qui tentent d’assimiler la communauté peule au djihadisme en Afrique de l’Ouest.
Conscients de la menace que constitue le projet cynique de ces Etats, des organisations et personnalités indépendantes peules issues de différents pays, de la Mauritanie  au Soudan, ont décidé de s’organiser et de s’ériger en rempart pour mettre fin à cette politique de discrimination et mener  ensemble par des voies  légales le combat pour la liberté et la dignité,  partout où cette communauté est menacée. Nous disons non à la stigmatisation et à la diabolisation de notre peuple.
Loin de rivaliser avec les organisations déjà existantes, nous proposons une synergie de nos forces pour atteindre nos objectifs qui sont en réalité communs. Nous réaffirmons notre souhait de vivre en paix avec nos concitoyens et frères des autres communautés, notre combat s’oriente contre le système établi et conçu pour nous exclure.
Le Mouvement Panafricain pour la Renaissance que nous avons fondé demande à la communauté internationale, particulièrement aux grandes Démocraties, d’ouvrir les yeux face à la souffrance et à la marginalisation d’un peuple éparpillé  en Afrique et au poids démographique important.
A cette occasion nous exigeons la libération sans condition de Mahamad Abdel Qader dit Baba Ladde injustement emprisonné au Tchad.

Le bureau exécutif du Mouvement Panafricain pour la Renaissance

Les commentaires sont fermés.